Si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père vous pardonnera…

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : « La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvé la terre, sans l’avoir fécondée et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur
et le pain à celui qui doit manger ; ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaît, sans avoir accompli sa mission
. »

PSAUME

R/ De toutes leurs angoisses,
 Dieu délivre les justes.

 Magnifiez avec moi le Seigneur,
 exaltons tous ensemble son nom.
 Je cherche le Seigneur, il me répond :
 de toutes mes frayeurs, il me délivre.

 Qui regarde vers lui resplendira,
 sans ombre ni trouble au visage.
 Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
 il le sauve de toutes ses angoisses.

 Le Seigneur regarde les justes,
 il écoute, attentif à leurs cris.
 Le Seigneur affronte les méchants
 pour effacer de la terre leur mémoire.

 Le Seigneur entend ceux qui l’appellent :
 de toutes leurs angoisses, il les délivre.
 Il est proche du cœur brisé,
 il sauve l’esprit abattu.

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples :
« Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé. Vous donc, priez ainsi :
Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour. Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs. Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal. Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes,
votre Père céleste vous pardonnera aussi. Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »

Méditons

L’Evangile de ce jour nous invite surtout à la confiance et au pardon. Confiance totale en Dieu et en son amour et le pardon pour nos frères et sœurs qui nous ont offensés. C’est parce que nous avons confiance en Dieu que nous pouvons l’appeler notre Père. Quelle que soit notre image du père que nous avons connu en ce qui nous concerne ou d’autres personnes, sachons que Dieu est meilleur au-delà de l’image du père parfait dont nous pourrions rêver sur cette terre. Nous pouvons lui faire toutes les confidences et nous lâcher complètement .
En puisant à cette source de bonté, nous sommes invités à la répandre sur les autres qui, comme nous malgré notre regard sur eux ou sur ce qu’ils sont réellement, sont fils de ce même Père. Dieu nous a pardonnés, à notre tour débordons de miséricorde.

Ma résolution

Je pense à quelqu’un à qui j’ai du mal à pardonner et je prie pour lui puis je pardonne au nom de Jésus.

Je prie pour mon Église

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés,
les anciens en fonction parmi vous, je les exhorte, moi qui suis ancien comme eux et témoin des souffrances du Christ, communiant à la gloire qui va se révéler : soyez les pasteurs du troupeau de Dieu qui se trouve chez vous ; veillez sur lui, non par contrainte mais de plein gré, selon Dieu; non par cupidité mais par dévouement ; non pas en commandant en maîtres à ceux qui vous sont confiés, mais en devenant les modèles du troupeau. Et, quand se manifestera le Chef des pasteurs,vous recevrez la couronne de gloire qui ne se flétrit pas.

Psaume

  R/ Le Seigneur est mon berger:
 rien ne saurait me manquer.(cf. Ps 22, 1)

 Le Seigneur est mon berger:
 je ne manque de rien.
 Sur des prés d’herbe fraîche,
 il me fait reposer.

 Il me mène vers les eaux tranquilles
 et me fait revivre;
 il me conduit par le juste chemin
 pour l’honneur de son nom.

 Si je traverse les ravins de la mort,
 je ne crains aucun mal,
 car tu es avec moi:
 ton bâton me guide et me rassure.

 Tu prépares la table pour moi
 devant mes ennemis;
 tu répands le parfum sur ma tête,
 ma coupe est débordante.

 Grâce et bonheur m’accompagnent
 tous les jours de ma vie;
 j’habiterai la maison du Seigneur
 pour la durée de mes jours. 

Évangile selon Saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus, arrivé dans la région de Césarée-de-Philippe, demandait à ses disciples : « Au dire des gens, qui est le Fils de l’homme ? » Ils répondirent : « Pour les uns, Jean le Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. » Jésus leur demanda : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? » Alors Simon-Pierre prit la parole et dit : « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux. Et moi, je te le déclare :
Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.  Je te donnerai les clés du royaume des Cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »

Méditons

Nous fêtons aujourd’hui la Chaire de saint Pierre apôtre ; lui qui a su confesser que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu. Il a compris que la promesse de Dieu pour l’humanité se réalise en Jésus-Christ. Il faut comprendre qu’en Jésus-Christ, Dieu nous a tout donné. Tous les trésors de Dieu sont en Lui. S’accrocher à lui c’est comprendre la clé du bonheur. C’est pourquoi Jésus déclare Pierre ‘’heureux’’. Tout le bonheur du chrétien découle de cette compréhension. Seuls ceux qui le savent en profitent réellement. Cette découverte crée la stabilité et la sérénité. En lui on a le vrai pâturage, les eaux tranquilles, la table préparée dont parle le psaume, c’est en lui qu’il faut les trouver.

 Prions pour les pasteurs afin que, comme Pierre, ils reconnaissent Jésus comme tel et puissent y conduire tous les assoiffés de Dieu qui cherchent le bonheur véritable.

Je prie pour notre Église

Tes chemins, Seigneur, sont amour et vérité pour qui garde ton alliance

Lecture du livre de la Genèse

Dieu dit à Noé et à ses fils : « Voici que moi, j’établis mon alliance avec vous, avec votre descendance après vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous : les oiseaux, le bétail, toutes les bêtes de la terre, tout ce qui est sorti de l’arche. Oui, j’établis mon alliance avec vous :
aucun être de chair ne sera plus détruit par les eaux du déluge, il n’y aura plus de déluge pour ravager la terre. »
Dieu dit encore :
« Voici le signe de l’alliance que j’établis entre moi et vous, et avec tous les êtres vivants qui sont avec vous, pour les générations à jamais :je mets mon arc au milieu des nuages, pour qu’il soit le signe de l’alliance entre moi et la terre. Lorsque je rassemblerai les nuages au-dessus de la terre,
et que l’arc apparaîtra au milieu des nuages, je me souviendrai de mon alliance qui est entre moi et vous, et tous les êtres vivants : les eaux ne se changeront plus en déluge pour détruire tout être de chair. »

PSAUME

  
 Tes chemins, Seigneur, sont amour et vérité
pour qui garde ton alliance

 Seigneur, enseigne-moi tes voies,
 fais-moi connaître ta route.
 Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
 car tu es le Dieu qui me sauve. 
 
 Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
 ton amour qui est de toujours.
 Dans ton amour, ne m’oublie pas,
 en raison de ta bonté, Seigneur. 
 
 Il est droit, il est bon, le Seigneur,
 lui qui montre aux pécheurs le chemin.
 Sa justice dirige les humbles,
 il enseigne aux humbles son chemin. 

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

Bien-aimés, le Christ, lui aussi, a souffert pour les péchés, une seule fois,
lui, le juste, pour les injustes, afin de vous introduire devant Dieu ; il a été mis à mort dans la chair, mais vivifié dans l’Esprit. C’est en lui qu’il est parti proclamer son message aux esprits qui étaient en captivité. Ceux-ci, jadis, avaient refusé d’obéir, au temps où se prolongeait la patience de Dieu,
quand Noé construisit l’arche, dans laquelle un petit nombre, en tout huit personnes, furent sauvées à travers l’eau.
C’était une figure du baptême qui vous sauve maintenant : le baptême ne purifie pas de souillures extérieures, mais il est l’engagement envers Dieu d’une conscience droite et il sauve par la résurrection de Jésus Christ, lui qui est à la droite de Dieu, après s’en être allé au ciel, lui à qui sont soumis les anges, ainsi que les Souverainetés et les Puissances.

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient.

Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

Méditons

                   « Convertissez-vous et croyez à l’Évangile » Tel est le mot d’ordre du temps de carême et qui résume l’essentiel de la mission de Jésus, retourner l’homme vers Dieu. Car les choses de ce monde nous détournent de Dieu. Nous sommes invités à la conversion en ce temps spécial de grâce en faisant l’aumône, la pénitence et en nous adonnant davantage à la prière. Le pénitence et l’aumône sont deux ailes dont se sert notre prière pour voler vers Dieu. Il se fait que prier c’est aussi se tourner vers Dieu, ‘’regarder le Ciel’’. A un moment donner de l’histoire de notre Église on a insisté sur la charité au détriment de la pénitence et de la prière. Il suffit de faire le bien. C’est l’essentiel, on n’a pas besoin d’aller à la messe ni tous les jours ni tous les dimanches ou de prier régulièrement. On entend souvent dire de tel ou tel ‘qu’il ne pratique pas mais il fait de belles choses’. S’il est vrai que sans l’amour nul ne peut voir Dieu, une charité vécue sans une vie de prière est une vie à l’horizontale tournée seulement vers des frères et des sœurs. C’est comme une maison sans pilier . Comment peut-elle tenir face à la tempête ? Depuis que les gens prient moins, bien qu’ils fassent de très belles actions, on voit les cas de déprime et de dépression à la hausse et on voit incontestablement de nos jours le mal refaire surface sous des formes sévères.

         Le salut est gratuit, nous ne pouvons pas l’acheter par nos actions ou nos seuls efforts. C’est pourquoi nous devons donner de la valeur à nos œuvres de charité que notre prière offre au Seigneur en signe de gratitude. L’humanité ne peut pas se sauver sans Dieu même à force d’un grand humanisme planétaire.

                       Je m’engage à associer la prière à mes œuvres de charité ou mes bonnes actions.

Montre-moi ton chemin, Seigneur,que je marche suivant ta vérité.

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur :
Si tu fais disparaître de chez toi le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante,
si tu donnes à celui qui a faim ce que toi, tu désires, et si tu combles les désirs du malheureux,
ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera lumière de midi.


Le Seigneur sera toujours ton guide. En plein désert, il comblera tes désirs et te rendra vigueur. Tu seras comme un jardin bien irrigué, comme une source où les eaux ne manquent jamais. Tu rebâtiras les ruines anciennes, tu restaureras les fondations séculaires. On t’appellera : « Celui qui répare les brèches », « Celui qui remet en service les chemins ».

Si tu t’abstiens de voyager le jour du sabbat, de traiter tes affaires pendant mon jour saint,
si tu nommes « délices » le sabbat et déclares « glorieux » le jour saint du Seigneur, si tu le glorifies, en évitant démarches, affaires et pourparlers, alors tu trouveras tes délices dans le Seigneur ; je te ferai chevaucher sur les hauteurs du pays, je te donnerai pour vivre  l’héritage de Jacob ton père.
Oui, la bouche du Seigneur a parlé.

PSAUME

 Montre-moi ton chemin, Seigneur,   
 que je marche suivant ta vérité. 

 Écoute, Seigneur, réponds-moi,
 car je suis pauvre et malheureux.
 Veille sur moi qui suis fidèle, ô mon Dieu,
 sauve ton serviteur qui s’appuie sur toi.

 Prends pitié de moi, Seigneur,
 toi que j’appelle chaque jour.
 Seigneur, réjouis ton serviteur :
 vers toi, j’élève mon âme !

 Toi qui es bon et qui pardonnes,
 plein d’amour pour tous ceux qui t’appellent,
 écoute ma prière, Seigneur,
 entends ma voix qui te supplie. 

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus sortit et remarqua un publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts)
du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » Abandonnant tout,
l’homme se leva ; et il le suivait. Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ; il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens attablés avec eux.
Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus leur répondit :
« Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent. »

 MEDITONS

La première lecture mérite d’être lue et relue attentivement pour que chacun de nous voit là où il en est face à ces prétextes divins. Sont-ils surannés ? S’ils nous sont donnés c’est pour notre bonheur.

     Dieu nous invite dans l’évangile à voir en lui le miséricordieux et non le juge. Parfois nous nous jugeons trop sévèrement jusqu’à nous enfermer dans une culpabilité qui nous détruit littéralement. Pire c’est qu’il nous arrive d’enfermer les autres dans notre jugement quitte à les condamner et à les envoyer en enfer. L’enfer est pour celui qui ne croit pas en la miséricorde de Dieu. Ce temps de carême est un temps privilégié durant lequel Dieu veut couvrir chacun de nous de sa miséricorde. Tourne-toi vers Lui en te reconnaissant pécheur prêt à le suivre désormais et te voilà sauvé.

Imitons Jésus dans sa miséricorde. Ne condamnons pas

Méditation 3° jour de carême

Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Crie à pleine gorge ! Ne te retiens pas ! Que s’élève ta voix comme le cor ! Dénonce à mon peuple sa révolte, à la maison de Jacob ses péchés. Ils viennent me consulter jour après jour, ils veulent connaître mes chemins.
Comme une nation qui pratiquerait la justice et n’abandonnerait pas le droit de son Dieu, ils me demandent des ordonnances justes, ils voudraient que Dieu soit proche : « Quand nous jeûnons,
pourquoi ne le vois-tu pas ? Quand nous faisons pénitence, pourquoi ne le sais-tu pas ?
»
Oui, mais le jour où vous jeûnez, vous savez bien faire vos affaires, et vous traitez durement ceux qui peinent pour vous. Votre jeûne se passe en disputes et querelles, en coups de poing sauvages.
Ce n’est pas en jeûnant comme vous le faites aujourd’hui que vous ferez entendre là-haut votre voix. Est-ce là le jeûne qui me plaît, un jour où l’homme se rabaisse ? S’agit-il de courber la tête comme un roseau, de coucher sur le sac et la cendre ? Appelles-tu cela un jeûne, un jour agréable au Seigneur ?

Le jeûne qui me plaît, n’est-ce pas ceci : faire tomber les chaînes injustes, délier les attaches du joug, rendre la liberté aux opprimés, briser tous les jougs ? N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, couvrir celui que tu verras sans vêtement, ne pas te dérober à ton semblable ?


Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront vite. Devant toi marchera ta justice, et la gloire du Seigneur fermera la marche.

Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. »
– Parole du Seigneur.

PSAUME

Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
 selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
 Lave-moi tout entier de ma faute,
 purifie-moi de mon offense.

 Oui, je connais mon péché,
 ma faute est toujours devant moi.
 Contre toi, et toi seul, j’ai péché,
 ce qui est mal à tes yeux, je l’ai fait.

 Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
 tu n’acceptes pas d’holocauste.
 Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ;
 tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

Évangile selon Saint Matthieu

En ce temps-là, les disciples de Jean le Baptiste s’approchèrent de Jésus en disant :
« Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
Jésus leur répondit :
« Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront. »
– Acclamons la Parole de Dieu.

MEDITONS

La liturgie de ce jour nous parle du jeûne. Le jeûne revient de plus en plus aujourd’hui à la mode pour des questions de santé et d’entretien corporel. Dans le sens chrétien il est en fait un signe de pénitence pour obtenir la miséricorde divine ou pour supplier Dieu de nous donner ce que nous
demandons. De toutes façons associé à la prière, le jeûne a une force incroyable sur le cœur de Dieu. Il est une arme pour lutter contre le péché . Il exprime le détachement des choses de ce monde et notre pauvreté devant Dieu que nous appelons à l’aide pour nous combler de ses biens.
Le jeûne nous fait parfois peur mais il n’est pas aussi difficile qu’on l’imagine. IL faut y aller petitement et c’est bien possible si l’âge le permet. Notre jeûne spirituel n’a de prix que si nous engageons une lutte contre le péché.

Un temps de silence… Je m’engage à lutter contre un péché dans ma vie

« Déchirez vos cœurs et non point vos vêtements »

Chers frères et sœurs bien-aimés,

C’est par ces mots que le prophète Joël nous interpelle de la part du Seigneur au début du carême. Le cœur est le siège de nos pensées d’où peut provenir le bien comme le mal. C’est là que le combat spirituel de ces quarante jours va se mener . Chacun connaît ses lieux de chutes et de faiblesses. En ce temps de grâce, Dieu veut nous aider à nous relever si nous le voulons. Nous pouvons faire de belles choses. Mais le cœur est le lieu du secret où le Père voit et soutient nos combats. Une résolution importante sur quelque chose à changer dans nos vies peut être déjà un bon pas .

Courage ! Soutenons-nous dans la prière.

Saint et fructueux carême à toutes et à tous
Abbé Verkys NONVIGNON, curé