“Un “amphithéâtre entouré de collines” (Curé Rivallin)

Son histoire

L’église Saint Pierre est relativement récente puisqu’elle fut achevée en 1902, pour l’essentiel mais son aménagement ne fut pas terminé à cette date.

En réalité, elle remplaçait une vieille église, devenue trop petite L’arrivée des chemins de fer dans la commune (ligne Nantes-Bordeaux) avait produit un petit “boum” économique. Vers l’an 1600, l’église mesurait 16 m. de long. Trop petite on la prolonge de 16 mètres, laissant ainsi le clocher au centre. En 1865, on fait du “ballet ou caquetoire” un vestibule si bien que l’église est un monument de 34 m de long et de 9 m de large. (superficie : 325 m2). Mais cette église était trop petite pour les 2 000 âmes de la commune (1880).

L’église était située sur la place de l’église actuelle. Son orientation était nettement Est-Ouest.

Vue de l’Ouest

La façade donnait sur la rue de l’Hôtel de ville

Plan de l’ancienne église (1865 ?)

Une nouvelle église !

Mgr Catteau

Sur demande insistante de Mgr CATTEAU, évêque de Luçon, la fafrique de la paroisse décide la construction d’une nouvelle église. La municipalité achète pour 1 040 F les jardins de Mrs Dessassis et Raynon… Ils ont été comblés : on en voit les conséquences sur les bas-côtés en observant le sol en ciment, ou certaine fente dans le transept ou encore des lézardes aux voutes. Mais pourquoi l’architecte (Mr Ballereau de La Roche sur Yon) a-t-il surélevé l’édifice ? Parce qu’il ne voulait pas imiter la cathédrale de Luçon hautement fléchée mais placée en contrebas..

La construction est lancée dès août 1900. Une église en bois est construite pour recevoir le culte (aucune trace photographique ou dessin); l’ancienne église sert d’entrepôt pour le maçon (Mr Sébastien Rabaut, de la Roche sur Yon) et vraisemblablement de carrière. On ne chômera pas puisqu’elle sera inaugurée en 1902 (voir plaque dans l’église)

On visite !

L’église est spacieuse : elle fait 47 m de longueur, 17m de largeur à la nef et 20 m au transept. Ce qui fait une superficie de 800 m2.

L’église est de style néogothique : des colonnes soutiennent les voutes à 13 m de hauteur. Le clocher culmine à 28 m..

L’aménagement intérieur de l’église (boiseries du chœur réalisées par un artisan local , chaire, Sainte Table enlevée dans les années 1960 mais dont des restes subsistent aux deux chapelles …)

Mais le style adopté a permis l’installation de grandes verrières

De grandes verrières

Les verrières du chœur

Dans le fond du chœur, la verrière en couleurs : La Profession de Foi de St Pierre, rare relique de l’ancienne église (date probable 1837) a entraîné la création et les dimensions des deux autres : La pêche miraculeuse à sa droite et St Pierre libéré de prison à sa gauche. Les donateurs ont signé par leurs armoiries (De la Falaise, D’Estève)

Du côté de l’autel de la Ste Vierge, dans le transept on notera l’immense verrière racontant la vie de Marie; a l’opposé, la verrière de St Joseph porte les armoiries des Seigneurs de La Gaudinière.

A gauche de l’entrée de l’église, un petit vitail représente les armoiries du pape Léon XIII. A droite, les armes de Mgr Catteau.

La plupart des verrières de la nef portent le nom des généreux donateurs…

Anecdotes

  • Facture : Montant du devis en francs de l’époque : 110 000 fr. Secours du Ministre des cultes : 10 000 fr; secours de la commune : 10 000 fr. Le reste fut financé par des emprunts et des souscriptions. Un relevé énumère 400 dons : des noms de grandes familles, des “petites gens”, des anonymes…
  • Selon le témoignage d’un pérois, aujourd’hui décédé, le sable était extrait du Lay, à Lavaud de Péault ou du Gué Besson de Rosnay . Il fallait deux paires de bœufs pour tirer le tombereau..
  • Les reliques prévues pour la pierre d’autel sont celles de St Boniface et St Valentin