« Le Salut n’est pas automatique », déclare le pape François

« Le Salut n’est pas automatique » car en tant que « don d’amour », il « appelle à la conversion », a déclaré le pape François lors de l’Angélus prononcé le 24 janvier 2021 depuis la bibliothèque apostolique. Le pontife a invité à « changer de mentalité et changer de vie » afin de « pas laisser passer le Seigneur ».

aleteia.org

Malgré une sciatique qui l’a obligé à annuler ou reporter sa participation à plusieurs événements importants les 24 et 25 janvier, le pape François a maintenu sa participation à la prière de l’Angélus, prononcée depuis la bibliothèque du Palais apostolique au Vatican. Il s’est exprimé sur la question du temps et de la conversion.

« Le Salut n’est pas automatique ; le Salut est un don d’amour et, en tant que tel, il est donné gratuitement et librement », a expliqué le chef de l’Église catholique. « Étant libre, l’amour exige une réponse libre et gratuite : il exige notre conversion ». Il a invité à « changer de mentalité et changer de vie » afin de « ne pas laisser le Seigneur » et à « ne plus suivre les exemples du monde mais ceux de Dieu ».

Le péché de mondanité

Le temps dévolu par Dieu aux hommes pour trouver leur Salut est « bref », a averti le souverain pontife, car il se limite à « la durée de notre vie dans ce monde ». Pour souligner combien le passage sur Terre n’est pas éternel, le pontife a rapporté le témoignage que lui avait fait une personne âgée à qui il était venu apporter le sacrement des malades : « le temps s’envole ».

…le temps s’envole…

Chaque saison de la vie — enfance, adolescence, maturité, vieillesse — à sa propre valeur et contient un appel particulier du Seigneur

Mettant en garde contre le « péché de la mondanité », il a insisté sur l’importance de « prouver notre amour pour Lui ». Pour cela, le pape François appelle à exprimer son identité non pas négativement, comme c’est souvent le cas, mais avec les « termes positifs du salut ». Il faut dès lors écarter le diable, qui « n’hésite pas à utiliser la tromperie et la violence ».

Chaque âge de la vie à sa valeur propre

Il s’agit, explique le souverain pontife, de se « reconnaître comme ayant besoin de Dieu et de sa grâce » et d’avoir une « attitude équilibrée par rapport aux biens terrestres », explique le primat d’Italie. Le Christ demande aussi, souligne son vicaire, d’être « accueillants et humbles envers les autres » et de se « réaliser dans la rencontre et le service des autres ».

Chaque saison de la vie — enfance, adolescence, maturité, vieillesse — a sa « propre valeur » et contient un « appel particulier du Seigneur », a encore souligné le pape François. Il faut dès lors vivre « chaque instant comme le temps du Salut » afin d’entendre l’appel de Dieu.