Environnement: le Pape demande d’inverser la tendance en regardant vers l’avenir

Le Pape François a adressé une lettre au président colombien, Ivan Duque Marquez, dans le cadre de la journée mondiale de l’environnement célébrée ce vendredi 5 juin. En matière de protection de l’environnement, face à la gravité de la situation mondiale, «tout dépend de nous, si nous le voulons vraiment», rappelle le Souverain Pontife.

Vatican.new

Célébrée cette année autour du thème de la biodiversité, la Journée mondiale de l’environnement aurait dû avoir pour pays-hôte la Colombie, notamment sa capitale, Bogota. Mais en raison de la pandémie de coronavirus, les célébrations se déroulent finalement de manière virtuelle. 

«C’est un défi qui nous rappelle que face à l’adversité, de nouvelles voies s’ouvrent toujours pour s’unir en une grande famille humaine», fait remarquer le Pape François au début de sa lettre au président Duque Marquez.

Passer de l’immédiat au long-terme

Rappelant que protection de l’environnement et le respect de la biodiversité de la planète sont des «questions qui nous concernent tous», le Pape affirme que «nous ne pouvons pas prétendre être en bonne santé dans un monde qui est malade. Les blessures infligées à notre mère la terre sont des blessures qui saignent en nous aussi».

«Notre attitude vis-à-vis du présent de la planète devrait nous engager et nous rendre témoins de la gravité de la situation», poursuit le Saint-Père, expliquant que «ce n’est pas le moment de continuer à regarder ailleurs, indifférent aux signes d’une planète qui est pillée et violée par l’appât du gain et au nom – bien souvent – du progrès». Il exhorte donc à «inverser la tendance» afin de laisser un monde «meilleur et plus sain» aux générations futures. «Tout dépend de nous ; si nous le voulons vraiment», estime François. Comme il le souligne, le «soin des écosystèmes nécessite un regard sur l’avenir, qui ne reste pas seulement dans l’immédiat, à la recherche d’un gain rapide et facile».

S’engager l’année Laudato Sì

Le Pape invite ensuite le président colombien à participer à l’année spéciale Laudato Sì, annoncée afin d’approfondir le contenu de l’encyclique du même nom, qu’il a rédigée il y a cinq ans. Elle se tiendra jusqu’en mai 2021. Ainsi, «tous ensemble, nous devenons plus conscients de l’attention et de la protection de notre Maison commune, ainsi que de nos frères et sœurs plus fragiles et plus rejetés dans la société», écrit le Souverain Pontife.

Celui-ci conclut en encourageant les participants à cette Journée mondiale de l’environnement à s’engager «en faveur de la construction d’un monde toujours plus habitable et d’une société plus humaine, dans laquelle il y a de la place pour tous et où personne n’est laissé de côté».