La Création : 2 récits dans la Genèse

A regarder de plus près, on voit qu’il y a deux récits de la Création au début du livre de la Genèse? est-ce que Dieu a dû s’y reprendre à deux fois? pourquoi deux récits?

Quand on lit de près les deux premiers chapitres de la Genèse, on s’aperçoit qu’il y a deux récits de la Création. Un premier récit qui commence au chapitre 1 verset 1 et qui finit au début du chapitre 2: c’est le récit de la Création du monde en 7 jours et un second récit qui commence au début du chapitre 2 et qui met l’accent sur la Création d’Adam et Eve et le jardin d’Eden.
Allons voir chacun de ces récits d’un peu plus près.

Le premier récit de la Création

Ce premier récit de la Création, nous le connaissons tous… ou nous croyons bien le connaître tant il est riche. Ce récit parle de la Création de tout l’univers, une Création bien ordonnée.
Deux expressions, au début du récit, offrent une première énigme: “La terre était informe et vide, les ténèbres étaient au-dessus de l’abîme » . En français, nous connaissons bien la première expression en hébreu : le “tohu bohu”. Alors, avant que Dieu ne crée, y avait-il quelque chose? le désordre, un abîme? Les commentateurs se sont déchaînés :
•    « Oui, il y avait quelque chose car l’univers est éternel. En créant, Dieu met en ordre ! »
•    « Non, pas du tout, c’est une expression standard dans le monde de l’orient ancien pour dire: il n’y a rien! ».
La tradition a plutôt retenu cette interprétation : Dieu crée à partir de rien. En fait, Dieu est bien là, son “esprit plane sur les eaux” et se prépare au grand acte créateur.
Le récit commence alors une série de 6 jours et chaque jour est construit sur le même modèle : « Et Dieu dit…il y eut un soir, il y eut un matin ».
Les trois premiers jours sont des jours où Dieu distingue pour créer un espace:
•    Le jour un : la distinction entre la lumière et les ténèbres permet de créer le temps
•    Le deuxième jour : la séparation des eaux permet de créer un espace où il y a de l’air. Les anciens pensaient que le ciel était un dôme et que les eaux d’en-haut étaient au-dessus de ce dôme.
•    Le troisième jour, la distinction entre les eaux et la terre, “le sec” dit l’hébreu permet de créer un espace habitable.
Les trois jours suivants, Dieu suit l’ordre de sa Création :
•    Le quatrième jour, Dieu crée le soleil et la lune qui correspondent à la lumière et aux ténèbres du premier jour. Dans la Création biblique, le soleil et la lune ne sont pas des dieux, seulement des luminaires, des lampes pour connaître le temps, les saisons et les fêtes religieuses.
•    Le cinquième jour, Dieu crée les poissons qui habitent dans les eaux d’en-bas et les oiseaux qui habitent dans les eaux d’en-haut: cela correspond à la création du deuxième jour.
•    Le sixième jour, Dieu crée les habitants de la terre sèche, celle du troisième jour : il parachève sa Création par l’Homme: la Création de l’Homme n’est pas seulement “bonne” comme les autres éléments de la Création, mais “très bonne”. L’homme est créé à la ressemblance et à l’image de Dieu et reçoit la bénédiction de la vie: croître et se multiplier.
Le 7ème jour est le jour de shabbat, le grand repos, nous y reviendrons dans une prochaine vidéo.

Le 2e récit : l’Eden

Le narrateur biblique, au chapitre 2, semble revenir sur le même acte de Création mais d’une manière différente. Le récit passe très vite, voire ignore, la création du cosmos, il se concentre sur la création de l’homme et sur le don qui est fait à l’homme.
D’ailleurs, on voit bien que c’est bien un autre récit car Dieu n’a pas le même nom : dans le premier récit, on parle de “Yahvé”; dans le second récit, on parle de “Yahvé Elohim/Yahvé Dieu”. On retrouve aussi dans ce second récit des éléments géographiques, des noms de rivières et de fleuves en partie connus des anciens, de la Mésopotamie.
Alors que le premier récit, selon la recherche, a été mis en forme par des prêtres qui voulaient voir dans le monde un grand temple pour louer Dieu, pour célébrer ses fêtes, ceux qui ont mis en forme le second texte s’intéressaient surtout à Adam et Eve qui sont ici nommés pour la première fois, au don fait à l’Homme qui va bientôt désobéir.


2 récits, pour quoi?


Ces deux récits nous apprennent que la Bible est traversée de plusieurs sources, complémentaires : le monde de la Bible, des Hébreux, est traversé par plusieurs courants qui éditent la Bible. Cependant, ces éditeurs de la Bible n’ont pas cherché à unifier mais bien plutôt à respecter ce qu’ils ont reçu, ce trésor de traditions. La Création du monde est un événement tellement complexe qu’il fallait bien des trésors d’interprétation pour tenter de la comprendre. L’acte créateur de Dieu est donc présenté de deux manières car c’était la seule manière pour l’Homme de toucher à ce mystère.