Union européenne, vaccination… ce que François a dit dans l’avion le ramenant de Slovaquie

Dans l’avion le ramenant de Slovaquie, le pape François a accordé, mercredi 15 septembre, une demi-heure d’entretien aux journalistes qui l’accompagnaient.

La rédaction d’Aleteia – avec I.Media – Publié le 16/09/21 – Mis à jour le 16/09/21

Le pape François s’est adressé aux journalistes au cours de la traditionnelle conférence de presse donnée dans l’avion le ramenant de Bratislava, mercredi 15 septembre. L’échange a duré trente minutes et a notamment porté sur les valeurs européennes, l’avortement ou encore le mariage homosexuel.

Les valeurs européennes

L’Europe, doit, je le dis toujours, je le répète toujours, reprendre les rêves des grands, des Pères fondateurs de l’Union européenne. L’Union européenne n’est pas une réunion pour faire des choses… Elle est très spirituelle. Il y a un esprit à la base de l’Union européenne, dont Schumann, Adenauer, de Gasperi ont rêvé. Ces grands. Il faut y revenir car il y a un danger que l’Union européenne ne devienne qu’un bureau de gestion.

La vaccination

L’humanité a une histoire d’amitié avec les vaccins. Nous-mêmes, enfants, pour la rougeole ou la polio, tous les enfants étaient vaccinés et personne ne disait « non ».Puis on en est arrivé là, et peut-être est-ce dû à la virulence, à l’incertitude non seulement de la pandémie, mais aussi à la diversité des vaccins et de la réputation de certains vaccins qui ne sont pas [considérés] fiables ; qui sont un peu plus que l’eau distillée… Cela a créé de la peur chez les gens ; et d’autres disent que c’est un danger parce qu’avec le vaccin il entre un virus à l’intérieur, et de nombreux autres arguments qui ont créé cette division. […] Il faut clarifier et parler avec sérénité. Au Vatican, tous vaccinés sauf un petit groupe pour lequel on est en train d’étudier la façon de les aider.

L’avortement

L’avortement est plus qu’un problème. L’avortement est un homicide. L’avortement, sans demi-mesure : qui fait un avortement tue. Cette vie humaine doit être respectée. Ce principe est si clair. À celui qui ne le comprend pas, je poserais deux questions : « Est-ce juste de tuer une vie humaine pour résoudre un problème ? » Scientifiquement, c’est une vie humaine. Deuxième question : « Est-il juste d’engager un tueur à gage pour résoudre un problème ? »

Le mariage est un sacrement

Le mariage est un sacrement. L’Église n’a pas le pouvoir de changer les sacrements. C’est comme cela que le Seigneur l’a instituée. Ce sont des lois qui cherchent à aider la situation de tant de gens et les orientations sexuelles diverses. C’est important d’aider ces gens comme cela mais sans imposer des choses qui, par nature dans l’Église, ne vont pas. S’ils veulent porter la vie ensemble – un couple homosexuel -, les États ont la possibilité de civilement les soutenir, leur donner des sécurités de transmission, de santé, etc.

Les Français ont une loi sur cela, non seulement pour les homosexuels mais pour toutes les personnes qui veulent se mettre ensemble. Mais le mariage est le mariage… Cela ne veut pas dire qu’il faut condamner les personnes qui sont ainsi, non! Elles sont nos frères et nos sœurs et nous devons les accompagner. Mais le mariage comme sacrement est clair. C’est clair.