« Il s’est abaissé : c’est pourquoi Dieu l’a exalté « 

Lecture du livre du prophète Isaïe

Le Seigneur mon Dieu m’a donné le langage des disciples, pour que je puisse, d’une parole, soutenir celui qui est épuisé. Chaque matin, il éveille, il éveille mon oreille pour qu’en disciple, j’écoute.  Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, et moi, je ne me suis pas révolté, je ne me suis pas dérobé. J’ai présenté mon dos à ceux qui me frappaient, et mes joues à ceux qui m’arrachaient la barbe. Je n’ai pas caché ma face devant les outrages et les crachats. Le Seigneur mon Dieu vient à mon secours ; c’est pourquoi je ne suis pas atteint par les outrages, c’est pourquoi j’ai rendu ma face dure comme pierre : je sais que je ne serai pas confondu.

Psaume

R / Mon Dieu, mon Dieu,
 pourquoi m’as-tu abandonné ? 

 Tous ceux qui me voient me bafouent,
 ils ricanent et hochent la tête :
 « Il comptait sur le Seigneur : qu’il le délivre !
 Qu’il le sauve, puisqu’il est son ami ! »

 Oui, des chiens me cernent,
 une bande de vauriens m’entoure.
 Ils me percent les mains et les pieds ;
 je peux compter tous mes os.

 Ils partagent entre eux mes habits
 et tirent au sort mon vêtement.
 Mais toi, Seigneur, ne sois pas loin :
 ô ma force, viens vite à mon aide !

 Tu m’as répondu !
 Et je proclame ton nom devant mes frères,
 je te loue en pleine assemblée.
 Vous qui le craignez, louez le Seigneur. 

Lecture de la lettre de Saint Paul apôtre aux Philippiens

Le Christ Jésus, ayant la condition de Dieu, ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu. Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes. Reconnu homme à son aspect,il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix. C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers, et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.

Evangile selon St Mars

Extrait de l’évangile de la passion

Quand arriva la sixième heure (c’est-à-dire : midi), l’obscurité se fit sur toute la terre jusqu’à la neuvième heure.  Et à la neuvième heure, Jésus cria d’une voix forte : X  « Éloï, Éloï, lema sabactani ? »,  ce qui se traduit : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »  L’ayant entendu, quelques-uns de ceux qui étaient là disaient : « Voilà qu’il appelle le prophète Élie ! » L’un d’eux courut tremper une éponge dans une boisson vinaigrée, il la mit au bout d’un roseau, et il lui donnait à boire, en disant : « Attendez ! Nous verrons bien si Élie vient le descendre de là ! »  Mais Jésus, poussant un grand cri, expira.

Méditons

                                                 La célébration de la fête des rameaux nous invite à l’humilité. Jésus nous en donne l’exemple. Mais quand on parle d’humilité on pense souvent aux relations avec les autres. Il faut voir l’humilité de façon horizontale et verticale. Humilité de l’homme devant Dieu comme créature se recevant de lui en permanence et qui sait qu’elle ne peut pas se réaliser sans lui. L’humilité de l’homme en face de Dieu met celui-ci en position d’écoute. Comme le serviteur souffrant il écoute sans se rebiffer . Malheureusement l’homme veut à tout prix se passer de Dieu. C’est le plus grave péché de l’humanité actuellement.

 L’épître aux Philippiens nous parle si bien de comment Jésus qui était l’égal de Dieu n’a pas revendiqué le rang qui l’égalait à Dieu mais il s’est abaissé devenant en tout semblable aux hommes, obéisssant jusqu’à la mort. L’humilité nous permet de nous adresser à Dieu comme celui qui peut nous aider et que nous ne pouvons rien sans sa grâce. Pierre comptant sur sa propre force à échouer dans son vœu de ne pas renier Jésus. Jésus sait que rien n’est impossible à son Père. L’humilité nous fait vivre une foi profonde. L’humilité en face de Dieu nous permet réellement d’être humble devant nos frères. Car si on sait qu’on se reçoit d’ailleurs et que tout ce qu’on, on l’a reçu, pourquoi s’enorgueillir ?

Demandons la grâce de l’humilité