Pourquoi une braderie ?

Les braderies permettent de financer les nombreuses actions de lutte contre la précarité. Parmi ces actions, les épiceries sociales permettent d’offrir une aide alimentaire et un accueil réconfortant aux habitants les plus démunis.

Des familles reçoivent une aide alimentaire chaque année. À l’épicerie sociale, les personnes en difficulté viennent s’approvisionner pour un coût modique et, autour d’un café, trouver du réconfort.

Les produits sont fournis par la Banque alimentaire, d’autres sont achetés en complément par le Secours Catholique. Grâce à leur coût bas, ils offrent la possibilité à ceux que le chômage, la précarité ou le handicap éloignent durablement de l’emploi stable, de se nourrir. On trouve de tout et les produits pour bébés sont particulièrement bienvenus pour les familles.

Les bénévoles assurent présence, écoute et conseils dans ce magasin peu ordinaire qui ouvre ses portes deux fois par mois aux plus démunis. Des mamans seules, des couples avec enfants mais aussi des hommes seuls, parfois âgés, des jeunes sans ressources : le revenu de solidarité active (RSA) est rarement versé avant 25 ans. Tous viennent s’approvisionner et trouver chaleur et café en échangeant des idées de menus.

La braderie est ouverte à tous. L’équipe des bénévoles sera heureuse de vous accueillir.

126 nouveaux prêtres ordonnés en France en 2020

La Conférence des évêques de France (CEF) a publié ce lundi les chiffres relatifs aux ordinations de prêtres pour l’année 2020. Comme chaque année, elles se déroulent en grande partie aux alentours du 29 juin, solennité des saints apôtres Pierre et Paul, et cette fois-ci dans les conditions particulières liées à la pandémie de Covid-19.

Vatican News

Cette année, 83 prêtres diocésains seront ordonnés dans 34 diocèses de France métropolitaine, ainsi que pour le diocèse aux Armées et le diocèse de Fort-de-France, auxquels s’ajoutent 17 prêtres issus d’une communauté non religieuse ou d’une société de vie apostolique et ordonnés pour un diocèse, 21 prêtres religieux, et 5 prêtres célébrant selon la forme extraordinaire du rite romain.

Dans les diocèses concernés par les ordinations, un ou deux prêtres sont en général ordonnés. Les chiffres sont plus élevés dans les diocèses suivants: Fréjus-Toulon (8 ordinations), Paris et Saint-Brieuc (6), Versailles et Avignon (5), La Rochelle et Bayonne (4), Nice et Lyon (3).

À Saint-Brieuc, 5 de ces prêtres diocésains appartiennent à la Société des Prêtres de Saint-Jacques, société de prêtres missionnaires érigée officiellement en 1966, mais descendant d’un groupe de missionnaires présent à Haïti depuis 1864. Elle est toujours présente aujourd’hui en Haïti, ainsi qu’au Brésil et en France.

Parmi les prêtres issus d’une communauté ou d’une société de vie apostolique qui seront au service d’un diocèse, 11 sont issus de la Communauté Saint-Martin, 5 de la Communauté de l’Emmanuel, et 1 de la Congrégation des Eudistes.

Concernant les 18 ordres religieux ou congrégations religieuses, en général une ordination se déroule en leur sein. À quelques exceptions près: 6 ordinations pour la Communauté du Chemin Neuf, 4 pour l’Ordre des Frères prêcheurs (communément appelés les dominicains) pour les provinces de Toulouse et de France, 4 également pour la Communauté des Frères de Saint Jean, et 3 pour la Congrégation des Augustins de l’Assomption (les assomptionnistes).

Enfin, 5 prêtres sont ordonnés pour des instituts célébrant selon la forme extraordinaire du rite romain: 3 pour l’Institut du Bon Pasteur et 2 pour la Fraternité Sacerdotale Saint-Pierre.   

En 2018, le nombre total d’ordinations était le même, réparties ainsi: 78 prêtres diocésains, 18 prêtres issus d’une communauté non religieuse et au service d’un diocèse, 30 prêtres religieux. 

Comme le rappelle la CEF, la France comptait 14 786 prêtres en activité en 2017.

Cette année, la plupart des ordinations presbytérales a eu lieu durant les week-ends des 20-21 juin ou auront lieu les 27 et 28 juin. Dans sept diocèses, elles se dérouleront en septembre, souvent en raison des mesures de précautions liées à la pandémie de Covid-19. Par ailleurs, pour les mêmes raisons, il ne sera pas toujours possible pour les fidèles d’assister à la cérémonie d’ordination.

Et en Vendée ?

L’abbé Alexandre Guillaud, natif du bocage vendéen, sera ordonné prêtre pour le diocèse de Luçon le dimanche 26 juillet prochain, à 15 heures à la cathédrale. A quelques semaines de ce grand jour où il va donner sa vie au Seigneur, et après ce confinement vécu dans la paroisse de Montaigu, Alexandre témoigne de ce qui l’anime profondément : le désir de faire connaître le Christ à notre monde.

Voir son témoignage (cliquez)

Alexandre Guillaud confie être prêt à vivre cette phrase de Saint Jean, choisie pour son ordination : « Nul n’a d’amour plus grand que celui qui se dessaisit de sa vie pour ceux qu’il aime ».

Nouveau logo pour le diocèse de Luçon

C’est avec joie que nous vous invitons à découvrir le nouveau logo du diocèse de Luçon. Une nouvelle identité moderne qui s’ancre dans l’histoire de l’Eglise Catholique en Vendée. Il vous est présenté volontairement en ce jour de la Fête du Sacré Cœur.

Diocèse de LUCON

Sens du nouveau logo

NB : Petite correction, il s’agit du Coeur Immaculé de Marie et non Sacré Coeur de Marie comme indiqué par erreur dans la vidéo)​

Communiqué de Mgr François Jacolin

La Pentecôte vécue en cette sortie de confinement nous invite particulièrement à suivre l’élan missionnaire des apôtres. L’Esprit Saint nous pousse à proclamer les merveilles de Dieu à tous nos territoires, de nos îles, de la côte au bocage, en passant par nos plaines, nos marais, nos collines, nos villages, nos bourgs et nos villes.

Dans ma lettre pastorale « Ensemble pour un nouvel élan missionnaire de nos paroisses », je soulignais l’esprit d’initiative missionnaire qui fut la marque des Vendéens à bien des reprises dans l’Histoire. Ils avaient un attachement profond et fervent au Sacré Cœur de Jésus, sans oublier le Cœur de Marie Immaculée uni à celui de son Fils et auquel notre diocèse a été consacré lors de la fête de l’Annonciation de cette année.

Dans cette dynamique « cordiale », missionnaire et au service de chacun, je suis heureux de vous présenter notre nouveau logo. Il me semble judicieusement représenter cet élan et notre cœur ! Il sera le reflet de notre Église en Vendée. 

Je vous invite à découvrir et à vous approprier cette nouvelle identité visuelle. Qu’elle vous permette de toujours témoigner de la présence du Christ et de la joie d’être chrétien en Vendée.

+ Mgr François Jacolin

Evêque de Luçon

Un thème essentiel : la liberté de l’Eglise

“La lutte contre l’épidémie de la covid-19 et, de manière plus marquée encore, le processus de déconfinement ont fait ré-émerger un thème théologique ancien, un peu oublié mais essentiel pour notre compréhension de l’Église et de sa mission, celui de la libertas Ecclesiae, la « liberté de l’Église ».”

Eric de Moulins-Beaufort


C’est par ces mots que Mgr Éric de Moulins-Beaufort, Président de la CEF, a débuté le discours de clôture de l’assemblée plénière des évêques de France. Cette liberté “est aussi, à mes yeux, le fondement théologique de l’enseignement du concile Vatican II sur le droit social à la liberté religieuse” a ajouté l’évêque, poursuivant en rappelant que “Le Christ Jésus […] a fait monter du sein de l’humanité un peuple nouveau dont le principe d’unité n’est ni la race ni la culture ni la constitution d’un ensemble politique mais l’attitude que nous appelons la « foi »“. Des mots résonnant tout particulièrement dans le contexte actuel des manifestations anti-racismes et des tensions exacerbées entre communautés. 

Le président de la conférence des évêques de France qui a insister sur la notion de liberté intime pour chaque homme de choisir et de vivre sa foi. “La liberté de l’Église peut être ressentie comme la revendication d’une autonomie arrogante à l’égard des médiations humaines que sont les entités politiques et donc les États, et cela explique en partie les épreuves qu’ont pu connaître certains de ses tenants les plus déterminés. Elle s’appuie en réalité, en même temps qu’elle les dévoile, sur la liberté intime de chaque humain et sa vocation propre à tenir un rôle personnel dans l’histoire humaine“. 

La crise du Covid 19, les débats actuels sur l’allongement du délai d’avortement, les discussions autour de la PMA, GPA, euthanasie, la volonté pour certains de marier les prêtres, etc. : tous ces thèmes ont été repris en une seule phrase parlant de la liberté de l’Eglise par Mgr de Moulins-Beaufort : “Elle est avant tout la revendication de la liberté de vivre l’amour de Dieu et l’amour du prochain, de servir tout être humain, quelle que soit sa condition sociale, de choisir la chasteté ou la fidélité conjugale, de préférer la pauvreté à la richesse, de s’efforcer de transmuer l’exercice de l’autorité en service de la vie des autres, et elle revendique de pouvoir annoncer à tout être humain qu’il est appelé à être, avant toute autre détermination, un fils ou une fille du Dieu vivant, et de l’insérer, autant qu’il ou elle y consent, dans une communauté qui est avant tout une communion.” 

Article de l’Eglise de Luçon