Un père et sa fille noyés dans le Rio Grande: la douleur du Pape François

Le Souverain Pontife a réagi après la mort tragique d’un père et sa petite fille dans le fleuve Rio Grande alors qu’ils tentaient de se rendre aux Etats-Unis.

La photo fait déjà le tour du monde: on y voit les corps d’un homme et sa fillette, noyés après avoir tenté la traversée du fleuve Rio Grande, qui sépare le Mexique des Etats-Unis. Il s’agit d’un migrant salvadorien et de sa petite fille de deux ans. Selon un rapport judiciaire, la famille a décidé d’essayer de gagner à la nage la rive américaine du Rio Bravo, accompagnée d’un ami. Le père a pris l’enfant sur son dos en la calant à l’intérieur de son t-shirt pour traverser le fleuve. Mais, emportés par des courants violents, tous deux se sont noyés sous les yeux de la mère, âgée de 21 ans.

Ce drame est remonté jusqu’au Pape François. En réponse aux questions des journalistes, le directeur par intérim du Bureau de Presse du Saint-Siège, Alessandro Gisotti, a déclaré :

«C’est avec une immense tristesse que le Saint-Père a pris connaissance de la photo montrant un père et sa petite fille noyés dans le Rio Grande alors qu’ils tentaient de franchir la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Le Pape est profondément peiné par leur mort, il prie pour eux et pour tous les migrants qui ont perdu la vie en essayant de fuir la guerre et la misère». 

L’Église aux côtés des migrants

Le Pape et l’ensemble de l’Église catholique se sont à maintes reprises exprimés pour rappeler la dignité des migrants, en particulier ceux qui se pressent à la frontière mexicaine. En avril dernier, face à la situation que vivent des milliers de migrants originaires d’Amérique centrale bloqués à la frontière américaine, François, via le Denier de Saint-Pierre, avait fait un don de 500 000 dollars pour les aider. Il permettra de soulager les diocèses et les congrégations religieuses fortement impliquées auprès de ces personnes dans le besoin.

La Caritas Mexique mais aussi de nombreuses congrégations catholiques locales font un travail important de plaidoyer auprès de la société mexicaine et des autorités, pour accompagner en particulier les caravanes de migrants fuyant la violence et la pauvreté des pays d’Amérique centrale et faire en sorte qu’ils soient accueillis dignement.