“340 millions de chrétiens persécutés dans le monde”

« Plus de 340 millions de chrétiens – catholiques, orthodoxes, protestants, baptistes, évangéliques, pentecôtistes… – ont été « fortement persécutés » dans le monde en 2020,contre 260 millions en 2019, selon un rapport de l’ONG Portes ouvertes, publié le 13 janvier.

www.portesouvertes.ch/news/

Le rapport recense minutieusement toutes les atteintes, de « l’oppression quotidienne discrète » aux « violences les plus extrêmes ». Tous les moyens sont utilisés pour les contraindre à renier leur foi : posséder une Bible est devenu un crime, la célébration des cultes est interdite, les églises sont détruites… Selon l’ONG, « le nombre de chrétiens tués en un an est passé de 2 983 à 4 761.

Cela représente une augmentation de quasiment 60 %. Neuf chrétiens sur dix ont trouvé la mort en Afrique subsaharienne ». Par ailleurs, « le nombre de chrétiens détenus de manière arbitraire a diminué de près de 20 %, passant de 3 420 à 2 813. Deux pays comptent chacun un tiers de ces détenus : la Chine et l’Érythrée. »

Portes ouvertes précise que « le nombre de condamnations à des peines de prison a augmenté de 5 % cette année, passant à 1 464 contre 1 391 l’an passé. » Enfin, « enlèvements et disparitions de chrétiens ont aussi augmenté de plus de 60 % cette année, passant de 1 052 à 1 710 dans la période ». S’il y a un combat permanent contre la haine, il doit y avoir dans le monde un combat permanent contre l’indifférence. Où que vous soyez dans le monde, le sol peut trembler sous d’autres pieds, ailleurs. Et, cet ailleurs qui semble si lointain est pourtant très proche. Là, où le sol se dérobe sous les pieds des réfugiés, là, où les pauvres mendient pour subsister ou ne mendient plus, parce qu’ils sont déjà morts ; là, où des enfants cassent de petits cailloux, alors qu’ils n’ont que six ans ; là, où l’on tue des gens arbitrairement ; là, où l’on torture et emprisonne sans jugement ; là, où l’on vend un rein pour de l’argent ; là, où mes Frères chrétiens sont persécutés.

« Un combat permanent contre l’indifférence »

Tout autour de nous, l’onde de choc des conflits, de la misère, des discriminations, des dévastations, est puissante. Mais, elle ne nous atteint pas directement, collectivement, sauf lorsque nous allumons notre poste de télévision et que, subitement, il arrive qu’en dînant convenablement, des images atroces nous rappellent que le monde peut être un ensemble confus, incohérent, désordonné et violent. Le sol sous nos pieds peut être chaotique, un monde aveuglé par l’obscurantisme, par l’incroyable déroute du monde, par l’arrogance des méchants et des puissants.

Or, comme le disait le pape François, l’indifférence, « ce mortel enfermement sur soi-même », est l’un des défis les plus urgents : « La culture du bien-être, qui nous conduit à penser à nous, nous rend insensibles au cri des autres, nous fait vivre dans des bulles de savon, qui sont belles, mais ne sont rien : elles sont l’illusion de la futilité, du provisoire, qui conduit à l’indifférence pour les autres, et même conduit à la mondialisation de l’indifférence. Dans ce monde de la mondialisation, nous sommes tombés dans la mondialisation de l’indifférence. Nous nous sommes habitués à la souffrance de l’autre, elle ne nous regarde pas, ne nous intéresse pas, ce n’est pas notre affaire ! » (Message du Carême 2015, intitulé Tenez ferme [Je 5, 8]).

Finalement, des gens sont persécutés dans leur quotidien, ont été chassés, abusés, assassinés, violés, jetés,sans que nous levions le petit doigt. Le.Tour de France, peut-être ? Nos préoccupations habituelles ? La Coupe du monde, la crise sanitaire du Covid… nous empêchent de penser plus loin que notre nombril. Alors que nous ne sommes pas le nombril du monde. Et que des populations entières attendent que notre bonne conscience se réveille enfin

« La persécution des chrétiens dans le monde est une réalité »

Je suis juif et je me souviens. Écoutons les commandements et buvons leur substantielle moelle : « Si quelqu’un dit : J’aime Dieu, et qu’il haïsse son frère, c’est un menteur ; car celui qui n’aime pas son frère qu’il voit, comment peut-il aimer Dieu qu’il ne voit pas ? » {Jean, 4). « Si un étranger réside avec vous dans votre pays, vous ne le molesterez pas. L’étranger qui réside avec vous sera pour vous comme un compatriote et tu l’aimeras comme toi-même » {Lévitique, XIX-33).

En Syrie

De la Corée du Nord à l’Iran en passant par le Nigeria, la Chine, la Turquie, l’Afrique subsaharienne, la persécution des chrétiens dans le monde est une réalité. Pourquoi devrions-nous (nous) cacher ? Au nom de quoi, devrions-nous taire ? Là encore, ne convient-il pas d’élever un cri de révolte ? Un cri de colère, un cri de douleur, un cri d’horreur, un cri de dégoût, mais encore un cri d’humanité, un cri de compassion, un cri de fraternité pour nos frères chrétiens, si lâchement assassinés ? Assassinés parce que chrétiens ! « Celui qui accepte le mal sans protester, en réalité, coopère avec lui », proclamait avec justesse Martin Luther King. Car le mal est en nous, mais, ce mal ne prospère que parce qu’il est accompagné d’un silence gêné, coupable et/ou par une lâcheté crasse qui a pour nom, l’indifférence. ))


Ancien professeur d’histoire-géographie, Marc Knobel a été attaché de recherches au centre Simon Wiesenthal à Paris. Il a été également vice-président de la LICRA et membre de l’Observatoire sur l’antisémitisme. Il est actuellement chercheur au Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF). Par ailleurs, rapporteur à la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme, il remet tous les ans une étude sur le racisme sur l’Internet qui est publiée dans le rapport annuel de la CNCDH, remis au Premier ministre.