Présentation du Seigneur – Chandeleur

Aussi l’Église célèbre-t-elle, le 2 février, la Présentation du Seigneur au Temple, qui clôture les solennités de l’Incarnation. Cette fête est aussi la Journée de la vie consacrée.

Quarante jours après la naissance de Jésus, Marie et Joseph portèrent l’Enfant au Temple, afin de le présenter au Seigneur selon la loi de Moïse.

Fêtée le 2 février, la Présentation de Jésus au Temple ou Chandeleur est une fête qui rappelle que, 40 jours après sa naissance, Jésus fut «présenté» au temple de Jérusalem. En effet, la tradition juive voulait que le premier garçon né dans une famille soit «présenté» au temple et consacré à Dieu.

Au Moyen Âge, on prit l’habitude de célébrer cette fête de la « Présentation » en organisant des processions où l’on portait des flambeaux ou des cierges qui étaient bénis ce jour là. D’où le nom de Chandeleur : la fête des chandelles, en écho aux paroles de Syméon (chanté tous les soirs aux complies) dans le temple :

Maintenant, Ô Maître souverain, tu peux laisser s’en aller ton serviteur en paix selon ta parole, car mes yeux ont vu le salut que tu préparais à la face des peuples, Lumière qui se révèle aux nations et donne gloire à ton peuple Israël.

Il est à noter que les cierges qui sont utilisés lors de la chandeleur, sont les seuls cierges bénis au cours de l’année dans la liturgie catholique (hormis le cierge pascal).

La Chandeleur a remplacé d’autres fêtes de purification qui étaient célébrées en février. Notamment le pape Gélase 1er a supprimé les Lupercales, fêtes données en l’honneur du dieu Pan, et en 472 il décida de christianiser cette fête et d’en faire la fête de la présentation de Jésus au Temple. Le nom oriental de cette fête prend alors le sens de « rencontre », celle qui eut lieu entre Jésus et le vieillard Siméon, et devient « Hypapante » ; pour les autres, elle garde le sens de « lumière », Jésus étant la lumière des Hommes. On organise alors des processions aux chandelles le jour de la Chandeleur.

Le pape Gélase 1er donnait aux pèlerins qui venaient à Rome, des galettes appelées « oublies ». Leur forme et leur couleur symbolisaient le soleil et donc le retour prochain des beaux jours. Avec le temps, ces galettes sont devenues les crêpes que nous connaissons.

Messe le 2 février à 11h

Eglise de Moutiers

Tradition et superstitions

La forme ronde et la couleur dorée des crêpes représentaient le disque solaire et le retour à la lumière.  En effet, en ce début du mois de février, les jours commencent progressivement à rallonger. La consommation de crêpes serait donc un hommage au cycle de saisons et plus précisément à l’arrivée du Printemps qui annonce des jours meilleurs.

Cette fête est également accompagnée de superstitions. Si les paysans ne faisaient pas de crêpes à la Chandeleur, le blé serait mauvais l’année suivante. Pour être assuré que la récolte sera bonne et les finances prospères, ils se devaient de retourner la première crêpe en la jetant en l’air de la main droite en tenant un Louis d’or dans la main gauche, en veillant à ce qu’elle retombe parfaitement dans la poêle. La crêpe était ensuite déposée en haut d’une armoire.