Prière de l’Angélus

Trois fois par jour, le matin, à midi et le soir, aux clochers de bien des églises, les cloches tintent trois fois trois coups suivis d’une volée. Il s’agit d‘une tradition du 14ème siècle, encouragée depuis par de nombreux papes : la prière de l’Angélus par laquelle l’Eglise médite les récits de l’Annonciation et de l’Incarnation. Ce court récrit de l‘histoire du salut met l’accent sur le « oui » de Marie à la volonté de Dieu.


D’emblée (au 13ème siècle) la prière fut associée au tintement de la cloche. Elle fut même précédée de l’antienne « L’ange s’adressa à Marie ». C’est progressivement que se fixa et se généralisa la forme de l’Angélus, tel que nous le récitons aujourd’hui.


On sait que chaque dimanche et chaque jour de fête, Jean-Paul II récitait l’Angélus avec les Romains et les pèlerins groupés sur la place Saint-Pierre : « Cette prière que je récite tous les dimanches à Rome avec les pèlerins venus sur la place Saint-Pierre nous donne l’occasion d’approfondir notre lien spirituel avec la Vierge Marie qui précède tout le Peule de Dieu dans le pèlerinage de la foi. »

A chaque fois que l’occasion se présente, lors de cérémonies ou de réunions, le Père Verkys récite l’Angélus


Nous pouvons aujourd’hui, unis à Marie qui nous fait découvrir la joie d’être un « oui » vivant de Dieu par toute notre vie, nous plonger dans cette prière de l’Angélus

ci-dessous le texte de la prière, qui peut être téléchargée :