Pas de messe dès le 11 mai; et pas avant le 2 juin ».

A l’heure où la messe ne peut être vécue, Mgr Eric de Moulins-Beaufort nous invite à méditer avec saint Jean-Paul II. « Pour ma part, ce qui m’a beaucoup nourrit durant ce confinement, c’est sa Lettre apostolique sur le Jour du Seigneur, la Sanctification du dimanche Dies Domini« , explique Mgr de Moulins-Beaufort, « même dans un temps où l’on ne peut pas communier, cela peut nous permettre de vivre plus intensément ce jour du Seigneur ».

Quant au fait que les messes ne puissant pas avoir lieu avant le 2 juin : « j’avoue que j’espérais que l’on pourrait voir différentes modalités », explique l’archevêque de Reims qui ne parle pas pour autant de « décision injuste et liberticide » comme l’a fait le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau. « Nous vivons en France dans un régime de liberté religieuse, actuellement l’excercice en est limité, mais l’Etat est dans son rôle, cela relève absolument de César… On peut trouver cette décision exagérément prudente, mais il faut quand même l’appliquer ».

Mgr Eric de Moulins-Beaufort regrette cependant la manière de faire du gouvernement : elle « ne donne pas l’impression de nous traiter en partenaire capable de chercher le bien commun ».

Plus que jamais, nous avons « besoin de convaincre que la vie religieuse n’est pas une sorte de hobby, mais qu’elle contribue vraiment au bien commun, qu’elle apaise les esprits, donne de l’énergie dans l’épreuve et donne de la charité », lance Mgr Eric de Moulins-Beaufort, « à nous de le vivre plus intensément encore pour que cela se sente davantage ».

Suite à l’échange téléphonique qu’il a eu avec le ministre de l’Intérieur et des Cultes, Christophe Castaner, le Président de la CEF a pu constater que le conseil scientifique avait édicté de nouvelles indications : désormais, « il faut prévoir 4 m2 d’espace autour de chaque personne », souligne-t-il, « nous attendons des indications claires et précises pour les mettre en oeuvre ». Mgr Eric de Moulins-Beaufort a également évoqué le plan de déconfinement élaboré par la CEF sur la question du culte, du catéchisme et des oeuvres caritatives. Concernant la messe, le plan prévoyait notamment l’absence de gestes de paix, l’absence d’eau dans les bénitiers, et la communion uniquement dans la main. « Le problème central, c’est de devenir contagieux pour les autres », rappelle Mgr Eric de Moulins-Beaufort, « nous sommes chacun responsable de tous… Cela nous fait ressentir de manière plus charnelle une vérité que nous croyons de toute notre foi ».

Le Grand Témoin Radio Notre Dame
Assemblée plénière des évêques de France à Lourdes (65), France.

Pour commencer à réfléchir à la suite, les archevêques se réunissent dès aujourd’hui et une nouvelle visioconférence aura lieu lundi 4 mai avec l’ensemble des évêques.Pour des question de transports et de logements, l’Assemblée plénière ne pourra se tenir à Lourdes en juin. Elle aussi aura lieu via visioconférence.