Triduum Pascal

J’ai pris cette décision afin de préserver nos prêtres plus âgés. Je vous rappelle leur âge 78 et 83 ans. Présider les célébrations du Triddum le soir demande de l’énergie.

Père Olivier

Nouvelle organisation

Il a été supprimé des célébrations du soir. L’église d’Angles, grande et située en bonne place au centre des lieux de culte a été choisie pour des cérémonies du soir.

Un prêtre aîné témoigne
P. Jacques Meunier

J’ai la chance que ma santé n’ait pas encore été interpellée par de gros pépins. Si bien que je ne me sens pas forcément vieillir. Mais, autour de moi, les autres le sentent probablement… Un certain nombre de mes facultés fatiguent : j’entends moins bien, je lis plus difficilement les petites lettres ou les panneaux de circulation, mes pas ralentissent leur rythme, je ne maîtrise rien des outils de communication à la mode. En même temps, même si ça grince dans la “carcasse” et que les articulations se coincent davantage qu’avant, je reste prêtre, habité depuis 50 ans par une passion, celle de la mission.

Depuis bientôt quatre ans, je n’ai plus la responsabilité d’une paroisse. J’y ai été heureux ! …

Ce qui s’est transformé par rapport à avant, c’est qu’il me faut apprendre à devenir dépendant, et à y consentir dans ma tête et dans mon cœur. C’est sans doute la même difficulté que rencontrent beaucoup de retraités ayant été habitués à porter des responsabilités : je ne suis plus dans les lieux de décisions. C’est certainement plus dur à vivre, plus dur à accepter intérieurement, lorsque les décisions prises, ici ou là, ne sont pas celles que j’aurais choisi de prendre. Mais l’Église ne m’appartient pas ! Et je suis appelé à faire confiance. L’apprentissage de la dépendance, c’est aussi l’acceptation du vieillissement, avec ses limites physiques et intellectuelles ; et la perspective d’une entrée en maison de retraite ou en EHPAD. J’imagine que c’est plus facile à écrire qu’à vivre… La vieillesse est une école d’humilité ! 

……………………………………………………………………………………………………………..

Extrait d’un témoignage du Père Jacques Meunier, prêtre aîné à Romainville