Faut-il vraiment aimer ses ennemis ?

Aimer vraiment ses ennemis semble impossible. Et pourtant, c’est ce que Jésus nous demande avec la loi du pardon qui remplace celle du talion. Mais dans quel but ? Pourquoi devons-nous aimer ceux qui nous font souffrir ?

L’amour des ennemis est au cœur de l’Évangile. Cet amour est réel et exigeant, car il ne demande rien en retour. Jésus en parle sans romantisme, au-delà de toute caricature : « Je vous le dis, à vous qui m’écoutez : Aimez vos ennemis, faites du bien à ceux qui vous haïssent » (Lc 6, 27). Et pour être plus clair, il en fait une Béatitude : « Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous excluent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l’homme » (Lc 6, 22).

La loi du pardon remplace la loi du talion

Bien entendu, Jésus n’est pas masochiste ! Il brise le cercle de la vengeance et de la violence en prônant un amour d’estime et de bienveillance pour l’ennemi : « Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent, priez pour ceux qui vous calomnient » (Lc 6, 28). Sa vie témoigne de cet amour-don, spécialement sur la Croix : « Père, pardonne-leur : ils ne savent pas ce qu’ils font » (Lc 23, 34). « Je vous le dis, à vous qui m’écoutez » : l’attitude du disciple est d’abord d’écouter Jésus avec un cœur docile pour ensuite aimer en vérité.

« Je vous le dis : Aimez vos ennemis » ! Exit le vieux décret : « œil pour œil, dent pour dent » (Lv 24, 20) ! Désormais, la loi du pardon remplace celle du talion. Jésus corrige la loi et la mène à sa perfection. Toute vie humaine est sacrée. Les meurtres, les tortures ou encore les guerres ne tiennent pas devant cet appel à aimer les ennemis.

Aimer ses ennemis, mission (im)possible ?

Pourquoi aimer nos ennemis ? Parce que Dieu les aime et que nous sommes ses enfants. N’avons-nous pas tous un même Père qui « est bon, Lui, pour les ingrats et les méchants » (Lc 6, 35) ? Sa miséricorde est au-dessus de toute rancune. Mais comment aimer la personne qui nous a trahis, nous a fait du mal ? C’est un combat difficile à mener seul, c’est vrai, mais Jésus nous renvoie à notre liberté et nous montre la voie : « Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés » (Lc 6, 37-38).

Tout un défi ! Le Christ nous fait honneur en nous demandant de le relever librement, malgré nos blessures et nos limites. Il nous fait confiance. Ce n’est pas impossible puisqu’il l’a relevé lui-même. Il sait que nous sommes capables, à la condition de le laisser aimer en nous. Pour cela, il nous donne son Esprit. Donc, ne nous décourageons pas. La route vers le Père est longue, mais le pardon rend le pas léger. Nous devenons chaque jour un peu plus miséricordieux. Tel Père, tel fils !

Jacques Gauthier, auteur chez Aleteia. Ancien professeur désormais consacré à l’écriture, Jacques Gauthier a écrit de nombreux essais, romans, poèmes tout au long de sa vie.