Pourquoi ne va-t-on plus à la messe ?

« Ils étaient près de 25 % jusque dans les années 1960. Aujourd’hui, les catholiques pratiquants – celles et ceux qui vont à la messe du dimanche – sont à peine 5 %, voire moins. Comment expliquer pareille chute ?

On allègue de multiples causes : une société consumériste et hédoniste de plus en plus déchristianisée ; la liberté (et le rejet) face aux injonctions de l’Église en matière de vie sexuelle et conjugale, ou de procréation ; les activités de détente et de sport, qui occupent hommes et femmes de 7 à 77 ans tous les samedis et dimanches que Dieu fait…

Rien de tout cela n’est faux. Mais avec ces raisons extérieures, on a toujours l’air de dire que c’est la faute aux autres. N’y aurait-il rien à redire à la messe dominicale elle-même, à la façon de la célébrer et de la vivre ? En revenant intentionnellement sur le sujet, ces derniers mois, avec des amis d’âge divers, j’ai presque invariablement entendu la réponse : « Ah non, merci ! Je n’en peux plus, c’est l’ennui absolu, j’ai arrêté d’y aller. » Pourtant, la plupart n’y ont pas renoncé de gaîté de cœur, ils « culpabilisent » même d’être devenu des intermittents ou des absents. Qu’est-ce qui cloche au fond ? D’où vient le malaise actuel ?

C’est que nombre de célébrations (avant tout les messes dominicales) sont aujourd’hui traversées par une contradiction flagrante. Pour le dire d’un mot : on assiste à la messe (on parle couramment de l’« assistance » présente), et on n’y participe guère ou très peu.

Pourtant, s’il a été décidé que la messe dite « de Paul VI », instaurée en 1969, serait célébrée dans la langue de chaque pays et non plus en latin, ce n’était pas pour continuer d’« assister » passivement à un spectacle qui se joue dans le chœur de l’église avec un seul ou quelques acteurs, si essentiels soient-ils : le ou les prêtres célébrants. C’était bien pour que les fidèles participent, aussi activement et aussi nombreux que possible, selon des formes à inventer, à la célébration de l’eucharistie, c’est-à-dire à cette rencontre où la communauté se souvient de Jésus-Christ ressuscité d’entre les morts, vivant aujourd’hui, dont le retour glorieux est espéré et désiré, selon les paroles de l’« anamnèse » chantée ou dite après la consécration. Mieux : c’était pour que chacun des participants fasse et refasse l’expérience concrète, intérieure, de ce qui s’est passé « la veille de sa mort, au cours d’un repas… ».

Ennui

La question est : n’est-on pas allé, depuis trente ou quarante ans, à rebours de cet objectif ? Tout se passe dans le chœur, où le prêtre évolue seul et célèbre à la place de tous. Il « préside », comme on dit, mais au mauvais sens du mot : la part de l’assemblée est très faible, quasi inexistante durant une grande partie de la messe.

Comment ne pas comprendre que beaucoup « s’ennuient », surtout durant une prière eucharistique plus ou moins longue ? D’autant plus qu’un rituel de nouveau figé, où gestes, paroles et déplacements sont appliqués exactement et dans les détails, a pris le pas sur une célébration plus ouverte, plus collective et plus invitante. Certains prêtres en rajoutent sur le « sacré » dans l’espace séparé du chœur, alors qu’ils devraient avant tout célébrer pour et avec l’assemblée l’événement de la rencontre avec le Christ Jésus – qui n’a rien de « sacré ».

Je ne méconnais pas la difficulté, surtout dans des églises dont l’espace est inapte à une participation vivante. Mais pour donner envie de continuer, au moins devrait-on chercher à faire mieux, en évitant de remettre dans de vieilles outres le vin nouveau de la messe de Paul VI.

Une version plus développée de ce point de vue est parue dans le numéro d’octobre de la revue Études. Auteur : Jean-Louis Schlegel, sociologue des religions,

Jean-Louis Schlegel, sociologue des religions,