Le Pape considère les médias numériques comme un moyen de promouvoir la paix

L’évêque de Rome invite les jeunes à utiliser leur sens critique dans leur usage des médias, à l’occasion d’un message adressé lundi 18 juillet aux participants du Congrès mondial Signis, qui se tiendra du 15 au 18 août à Séoul en Corée du Sud

Salvatore Cernuzio – Cité du Vatican

En ces jours «marqués par de nouvelles flambées de violence et d’agression», il est nécessaire de promouvoir la paix également dans le monde numérique souvent lieu de «toxicité, de discours de haine et de fausses nouvelles». C’est une mission à accomplir dans le monde virtuel mais qui a de profondes répercussions dans la réalité d’aujourd’hui que le Pape François confie aux participants du congrès mondial Signis, l’association catholique mondiale pour la communication. La rencontre est prévue du 15 au 18 août à Séoul, en Corée du Sud, «une terre, écrit le Pape dans un message entièrement en anglais, dont l’histoire de l’évangélisation démontre la puissance de la parole imprimée et le rôle essentiel des laïcs dans la diffusion de l’Évangile». Il s’agit de l’histoire de saint André Kim et de ses compagnons martyrs, il y a 200 ans: leur histoire, souhaite François, «vous confirme dans vos efforts pour diffuser l’Évangile de Jésus-Christ dans le langage des médias contemporains».

Les médias numériques, puissants moyens de dialogue et de communion

Il ne s’agit pas d’une entreprise à sous-estimer, note le Pape: «La révolution des médias numériques de ces dernières décennies s’est révélée être un moyen puissant de promouvoir la communion et le dialogue au sein de notre famille humaine. En effet, pendant les mois de confinement dus à la pandémie, nous avons clairement vu comment les médias numériques peuvent nous unir, non seulement en diffusant des informations essentielles, mais aussi en comblant la solitude de l’isolement et, dans de nombreux cas, en unissant des familles entières et des communautés ecclésiales dans la prière et le culte».

De sérieuses questions éthiques

Dans le même temps, l’utilisation des médias numériques, en particulier des médias sociaux, a soulevé un certain nombre de «questions éthiques sérieuses» qui nécessitent «un jugement sage et discerné de la part des communicateurs et de tous ceux qui sont concernés par l’authenticité et la qualité des relations humaines». Parfois, en effet, «les sites des médias sont devenus des lieux de toxicité, de discours de haine et de fausses nouvelles», affirme le Pape François, qui y voit un véritable défi à relever par «l’éducation aux médias, la mise en réseau des médias catholiques et la lutte contre les mensonges et la désinformation.»

Éduquer au sens critique

Ces efforts que les communicateurs de Signis sont appelés à faire reçoivent le plein soutien du Pape, dit François lui-même, les invitant à accorder une attention particulière à «la nécessité d’aider les personnes, en particulier les jeunes, à développer un sain sens critique, en apprenant à distinguer la vérité du mensonge, le bien du mal, et à apprécier l’importance de travailler pour la justice, l’harmonie sociale et le respect de notre maison commune».

L’évêque de Rome n’oublie pas non plus «les nombreuses communautés de notre monde qui restent exclues de l’espace numérique»: pour elles aussi, nous devons retrousser nos manches, «faire de l’inclusion numérique une priorité» afin d’apporter «une contribution significative à la diffusion d’une culture de paix fondée sur la vérité de l’Évangile».

Écouter avec «l’oreille du cœur»

En conclusion du document, le Pape François rappelle son message pour la Journée mondiale des communications 2022, centré sur l’écoute comme «premier et indispensable ingrédient du dialogue et de la bonne communication». Une écoute à faire avec «l’oreille du cœur». C’est précisément cet «apostolat de l’écoute» qui revient aux communicateurs catholiques, écrit le Pape: «La communication, en effet, n’est pas seulement une profession, mais un service au dialogue et à la compréhension entre les individus et les communautés plus larges, dans la recherche d’une coexistence sereine et pacifique»

Une Église «plus symphonique»

L’écoute, affirme enfin François, est également «essentielle» pour le chemin synodal entrepris par toute l’Église ces dernières années. «S’écouter les uns les autres» et «grandir dans la conscience de participer à une communion qui nous précède et nous inclut», tel est le souhait du Pape. De cette façon, assure-t-il, il sera possible de «créer une Église de plus en plus « symphonique », dont l’unité s’exprime dans une polyphonie harmonieuse et sacrée».

Signis est une association non gouvernementale qui compte des membres dans plus de 100 pays du monde. En tant qu’Association catholique mondiale pour la communication, elle regroupe des professionnels de radio, télévision, cinéma, vidéo, éducation aux médias, internet et nouvelles technologies.