Star d’Hollywood, avant de devenir… bénédictine

Célébrée pour sa beauté, l’actrice Dolores Hart a connu un grand succès aux côtés d’Elvis Presley ou encore Marlon Brando… avant de se consacrer à Dieu. Star hollywoodienne et bénédictine, voici le fabuleux destin de celle qui a embrassé Elvis Presley avant d’embrasser la vie religieuse.

Olga Parda – Valentine Leroy – publié le 02/05/22

Dolores Hart a fait le choix d’une vie retirée dans un couvent de bénédictines, après une vie sous les projecteurs d’Hollywood. Née en 1938 à Chicago, elle a effectivement tourné avec de grandes stars américaines comme Marlon Brando et Elvis Presley, et travaillé pour de célèbres producteurs comme Alfred Hitchcock. C’est paradoxalement à l’occasion d’un tournage qu’elle a la chance d’échanger avec le pape Jean XXIII, rencontre qui fait naître en elle le désir d’entrer dans la vie religieuse. Un parcours original qui montre que tous les chemins mènent à Rome !

Dolores Hart grandit dans la foi catholique. Sa vie de prière ne s’étiole pas malgré ses nombreuses activités à Hollywood : avant les tournages, elle se rend souvent à la messe à 6 h du matin. Durant cette période, elle trouve un lieu apaisant où elle vient se ressourcer entre les tournages et respirer au milieu du tourbillon des projecteurs : le couvent des bénédictines du Connecticut. C’est d’ailleurs à sa piété que la star attribue son succès. Partenaire de jeu d’Elvis Presley dans le film « Loving You » mais aussi de Marlon Brando, elle ne tourne pas moins de 10 films en 5 ans

Claire d’Assise, un rôle fondateur

En 1961, à l’occasion du tournage du film « François d’Assise », elle rencontre le pape Jean XXIII. À celle qui se présente comme l’actrice jouant le rôle de sainte Claire d’Assise, le Pape répond : « Non, vous êtes Claire. » Cet échange marque profondément l’actrice qui y voit un signe pour changer de vie et se rapprocher de son idéal religieux.

Après ce voyage à Rome, elle replonge malgré tout dans sa vie de star du cinéma. À cette époque, Dolores Hart prépare activement ses fiançailles. Mais en 1963, elle rompt brutalement son engagement, quelques mois avant la date du mariage. C’est pour entrer la même année, à l’âge de 24 ans et à la surprise générale, dans le couvent bénédictin du Connecticut qu’elle a déjà tant de fois visité.

C’est seulement après 43 ans de vie religieuse en février 2012 que sœur Dolores, désormais Mère supérieure du couvent Regina Laudis, retourne à Los Angeles à l’occasion de la présentation aux Oscars du film « Dieu est plus grand qu’Elvis », un documentaire sur sa vie nommé dans la catégorie « courts métrages ». Visiblement, Dolores Hart restera attachée toute sa vie au monde du cinéma, en témoignant de sa foi, et en inspirant ceux qui cherchent la vraie beauté.