Dieu nous parle (P. Verkys)

3° dimanche de Pâques

Frères et sœurs bien-aimés

Ce dimanche j’ai voulu dégagé comme thème : l’amour préférentiel pour le Christ en partant de la question de Jésus à Simon-Pierre. « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment plus que ceux-ci ? » Ce qui veut dire que pour être disciple de Jésus, si nous voulons lui prouver notre amour, nous devons mettre cet amour au-dessus de l’amour que nous éprouvons pour toute créature. Par exemple mettre l’amour de Dieu au-dessus de celui que nous avons pour notre conjoint, nos parents, nos enfants ou nos petits-enfants. Nous devons aimer notre famille mais pas plus que Dieu et pareil pour les autres. C’est deux amours de niveaux différents même si l’un ne peut pas aller sans l’autre.


C’est de l’amour inconditionnel pour Dieu que découle le juste amour et le vrai amour pour mon prochain. L’inverse n’est pas possible car la pauvreté ne pas améliorer la richesse ni un petit amour combler la plénitude ou la surabondance de l’amour. En aimant Dieu de tout notre cœur et de toutes nos forces, nous apprenons de lui et nous recevons la grâce pour vraiment aimer les autres comme il se doit sans jugement , sans réserve et sans distinction et sans limite. Apprendre à aimer jusqu’au bout . Mais l’amour dont parle Jésus en posant la question à Simon-Pierre va plus loin, il devra l’aimer mieux que lui-même, le préférer à sa propre vie. C’est ainsi que Jésus lui signifiait par quel genre de mort il rendrait gloire à Dieu.


Alors quel temps et combien de moments accordons- nous à Dieu ?

Bonne semaine et union de prière