Le pape François démonte le cliché de la « belle-mère »

Improvisant un passage de sa catéchèse sur la figure de la belle-mère lors de l’audience générale du 27 avril, le pape François a invité gendres et belles-filles à soigner les relations avec leur belle-mère, à l’opposé des clichés répandus.

I.Media – publié le 27/04/22 – mis à jour le 27/04/22

« La tendance au pessimisme des personnes âgées doit être contrebalancée par l’enthousiasme affectueux des jeunes », a déclaré le pape François à l’audience générale du 27 avril 2022, qu’il a présidée sur la place Saint-Pierre, malgré ses douleurs au genou qui l’ont contraint à annuler des rendez-vous ces derniers jours. Improvisant un passage de sa catéchèse sur la figure de la belle-mère, il a invité gendres et belles-filles à soigner les relations avec leur belle-mère, à l’opposé des clichés répandus.

Le Pape a pris appui sur le livre de Ruth, un « joyau de la Bible », qui célèbre « la puissance et la poésie » des liens familiaux, à l’encontre des préjugés « entre belle-mère et belle-fille ». Aujourd’hui, a-t-il souligné en s’adressant aux milliers de pèlerins, « la belle-mère est un personnage mythique ». « Je ne dis pas que nous la pensons comme le diable, a ajouté le pontife, mais nous en avons une mauvaise image. Il y a le sentiment diffus que plus la belle-mère est loin, mieux c’est. »

À l’encontre de ces lieux communs, le chef de l’Église catholique a invité les couples à rendre leurs belles-mères « heureuses » : la belle-mère est « la mère de ton mari, la mère de ta femme […]. Parfois elles sont un peu spéciales, mais elles ont donné la maternité à ton conjoint, elles t’ont tout donné », a-t-il insisté.

François a aussi demandé aux belles-mères de corriger leurs défauts, pointant du doigt le principal selon lui : la médisance. « Attention à votre langue, leur a-t-il lancé, la langue est un des pires péchés des belles-mères. »

Je ne peux pas rester debout longtemps.

Les liens familiaux entre générations peuvent « apporter une force d’amour inimaginable » et surmonter « des fractures insurmontables », a affirmé le Pape dans sa méditation inscrite dans son cycle de catéchèses sur la vieillesse. En conclusion, l’évêque de Rome a encouragé les jeunes à s’ouvrir « à la gratitude pour ce qu’ils ont reçu », et les personnes âgées à « relancer leur avenir ».

Au terme de la rencontre, le pape François s’est excusé de devoir rester assis pour les salutations : « Ce genou n’en finit pas de guérir et je ne peux pas rester debout longtemps », a-t-il expliqué. La veille, le pontife de 85 ans avait dû annuler ses audiences de la journée pour rester au repos. Il est cependant arrivé ce matin en papamobile, pour un bain de foule sur la place, comme mercredi dernier.