Alors vous comprendrez que moi, JE SUIS…

Trent et unième jour de Carême

Livre des Nombres (21, 4-9)

En ces jours-là, les Hébreux quittèrent Hor-la-Montagne par la route de la mer des Roseaux en contournant le pays d’Édom. Mais en chemin, le peuple perdit courage. Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. »

Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse : « Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! » Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât. Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie ! 

Psaume

Refrain: Seigneur, entends ma prière : que mon cri parvienne jusqu’à toi !

Seigneur, entends ma prière :
que mon cri parvienne jusqu’à toi !
Ne me cache pas ton visage
le jour où je suis en détresse !
Le jour où j’appelle, écoute-moi ;
viens vite, réponds-moi ! R

Les nations craindront le nom du Seigneur,
et tous les rois de la terre, sa gloire :
quand le Seigneur rebâtira Sion,
quand il apparaîtra dans sa gloire,
il se tournera vers la prière du spolié,
il n’aura pas méprisé sa prière. R

Que cela soit écrit pour l’âge à venir,
et le peuple à nouveau créé chantera son Dieu :
« Des hauteurs, son sanctuaire, le Seigneur s’est penché ;
du ciel, il regarde la terre
pour entendre la plainte des captifs
et libérer ceux qui devaient mourir. » R

Évangile de Jean (8, 21-30)

En ce temps-là, Jésus disait aux pharisiens : « Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit : “Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller” ? » Il leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. » Alors, ils lui demandaient : « Toi, qui es-tu ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire. À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. » Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père. Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. » Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui.

Méditons

Cet évangile fait écho à la première lecture et présente Jésus comme principe de salut, comme le Dieu qui sauve. En disant aux Juifs qu’il est d’en haut et pas de ce monde Jésus parle de son origine divine car Dieu seul habite les hauteurs au-dessus de tous . Mieux il prend le nom «JE SUIS» que Dieu a révélé à Moïse. Il dit clairement qu’il est Dieu. C’est là un scandale énorme pour certains de ses auditeurs car Dieu est unique . Mais Jésus ne prend pas la place de Dieu mais il partage sa divinité ; il se présente comme l’envoyé qui dépend essentiellement de Dieu . C’est ce rapport intime avec Dieu qui le rend solide même devant l’hostilité de tous. Il n’est pas seul.
La solitude est ce qui peut parfois nous peser devant l’incompréhension ou l’adversité des uns et des autres ou à des moments particuliers de la vie. Comme Jésus , nous avons besoin de cette confiance de présence de Dieu avec nous qui fait renaître l’espoir et donne le courage. La force du croyant réside dans cet attachement à Dieu qui le porte par sa présence. Dieu veut être présent dans notre vie et il est là. C’est à nous de nous rendre présent à lui en faisant comme Jésus ce qui lui est agréable et en entretenant ce rapport constant avec lui dans la prière. Sentir la présence de Dieu dans notre vie change notre rapport au monde et nous donne la force d’avancer. Comme ceux qui en entendant Jésus ont cru en lui, faisons un véritable acte de foi pour passer de la mort à la vie. La foi c’est la recherche de la vie.