Quand je crie vers toi, Seigneur, tu réponds à mon appel.

Lecture du Livre d’Esther

En ces jours-là, la reine Esther, dans l’angoisse mortelle qui l’étreignait, chercha refuge auprès du Seigneur. Se prosternant à terre avec ses servantes du matin jusqu’au soir, elle disait : « Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob, tu es béni. Viens à mon secours car je suis seule, et je n’ai pas d’autre défenseur que toi, Seigneur. Car je vais jouer avec le danger.Dans les livres de mes ancêtres, Seigneur, j’ai appris que ceux qui te plaisent, tu les libères pour toujours, Seigneur. Et maintenant, aide-moi, car je suis solitaire et je n’ai que toi, Seigneur mon Dieu. Maintenant, viens me secourir car je suis orpheline, et mets sur mes lèvres un langage harmonieux quand je serai en présence de ce lion ; fais que je trouve grâce devant lui, et change son cœur : qu’il se mette à détester celui qui nous combat, qu’il le détruise avec tous ses partisans. Et nous, libère-nous de la main de nos ennemis ; rends-nous la joie après la détresse et le bien-être après la souffrance. »

Psaume

Quand je crie vers toi, Seigneur, tu réponds à mon appel.

De tout mon cœur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne. R

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force. R

Ta droite me rend vainqueur.
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’œuvre de tes mains. R

Evangile de Matthieu (7, 7-12)

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Demandez, on vous donnera ; cherchez, vous trouverez ; frappez, on vous ouvrira. En effet, quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe, on ouvrira. Ou encore : lequel d’entre vous donnera une pierre à son fils quand il lui demande du pain ? ou bien lui donnera un serpent, quand il lui demande un poisson ? Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent !
Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi : voilà ce que disent la Loi et les Prophètes. »

Méditons

« Seule une confiance absolue en Dieu et en son amour fait prier et fait persévérer dans la prière »
Cette confiance absolue que Dieu nous répondra nous permet non seulement de prier mais de continuer jusqu’à être exaucé. La succession des verbes demander, chercher , frapper montre bien cette idée de persévérance dans la prière, non pas que Dieu est sourd puisque nous avons bien lu avant-hier qu’il connaît tout ce dont nous avons besoin avant que nous l’ayons exprimé. La démarche de la prière et temps de la prière témoignent de la place que nous donnons à Dieu dans notre vie. C’est l’humble qui prie parce conscient de sa petitesse et de pauvreté. L’égoïsme de l’homme le mettra toujours en face de ses limites ( s’il se dit la vérité).
Nous prions et Dieu répond à son heure. Cette attente de la réponse de Dieu dilate notre cœur et creuse en nous le désir de Dieu. « Demandez, on vous donnera » montre bien la tendresse de Dieu qui ne ferme jamais son cœur même s’il ne répond pas tout de suite ou comme nous voudrions. Jésus a d’ailleurs enseigné à ses disciples qu’il faut toujours prier sans se décourager car Dieu fera justice à ses élus qui crient vers Lui jour et nuit. L’homme peut refuser de donner mais Dieu jamais.
Apprenons à accepter à durée de Dieu dans sa réponse à nos demandes. N’abandonnons jamais, ne jetons jamais l’éponge.


En ce temps de carême Dieu veut que nous tapions à la porte de son cœur . Il nous attend.