Lave-moi tout entier de ma faute, purifie moi de mon offense.

Lecture du livre du prophète Jonas (3, 1-10)

La parole du Seigneur fut adressée à Jonas : « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle. » Jonas se leva et partit pour Ninive, selon la parole du Seigneur. Or, Ninive était une ville extraordinairement grande : il fallait trois jours pour la traverser. Jonas la parcourut une journée à peine en proclamant : « Encore quarante jours, et Ninive sera détruite ! » Aussitôt, les gens de Ninive crurent en Dieu. Ils annoncèrent un jeûne, et tous, du plus grand au plus petit, se vêtirent de toile à sac. La chose arriva jusqu’au roi de Ninive. Il se leva de son trône, quitta son manteau, se couvrit d’une toile à sac, et s’assit sur la cendre. Puis il fit crier dans Ninive ce décret du roi et de ses grands : « Hommes et bêtes, gros et petit bétail, ne goûteront à rien, ne mangeront pas et ne boiront pas. Hommes et bêtes, on se couvrira de toile à sac, on criera vers Dieu de toute sa force, chacun se détournera de sa conduite mauvaise et de ses actes de violence. Qui sait si Dieu ne se ravisera pas et ne se repentira pas, s’il ne reviendra pas de l’ardeur de sa colère ? Et alors nous ne périrons pas ! »En voyant leur réaction, et comment ils se détournaient de leur conduite mauvaise, Dieu renonça au châtiment dont il les avait menacés.

Psaume

Refrain: Tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé.

Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton amour,
selon ta grande miséricorde, efface mon péché.
Lave-moi tout entier de ma faute,
purifie-moi de mon offense. R

Crée en moi un cœur pur, ô mon Dieu,
renouvelle et raffermis au fond de moi mon esprit.
Ne me chasse pas loin de ta face,
ne me reprends pas ton esprit saint. R

Si j’offre un sacrifice, tu n’en veux pas,
tu n’acceptes pas d’holocauste.
Le sacrifice qui plaît à Dieu, c’est un esprit brisé ;
tu ne repousses pas, ô mon Dieu, un cœur brisé et broyé. R

Évangile de Luc (11, 29-32)

Salomon recevant la Reine de Saba

En ce temps-là, comme les foules s’amassaient, Jésus se mit à dire : « Cette génération est une génération mauvaise : elle cherche un signe, mais en fait de signe il ne lui sera donné que le signe de Jonas. Car Jonas a été un signe pour les habitants de Ninive ; il en sera de même avec le Fils de l’homme pour cette génération. Lors du Jugement, la reine de Saba se dressera en même temps que les hommes de cette génération, et elle les condamnera. En effet, elle est venue des extrémités de la terre pour écouter la sagesse de Salomon, et il y a ici bien plus que Salomon. Lors du Jugement, les habitants de Ninive se lèveront en même temps que cette génération, et ils la condamneront ; en effet, ils se sont convertis en réponse à la proclamation faite par Jonas, et il y a ici bien plus que Jonas. »

Méditons

« Reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton cœur ». Tels sont les mots qui nous ont été adressés le mercredi des cendres. Se convertir, encore se convertir, toujours se convertir. Oui on n’a jamais fini et on ne finira jamais tant que dure notre pèlerinage sur la terre. Le temps de carême répété chaque année est là pour nous le rappeler. Nous avons vite fait de nous réinstaller dans nos vieilles habitudes ou de nous complaire avec satisfaction de nos acquis spirituels. Notre Dieu nous invite à toujours aller de l’avant, ne
jamais s’arrêter sur la route tant que nous ne sommes pas réunis à Lui. Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus condamne l’endurcissement du cœur de ses contemporains qui ne sont pas des étrangers ni des lointains. Ce sont les filles et fils de l’alliance qui, malgré les signes que Jésus a multipliés devant eux, se refusent de le croire ou de se convertir à sa parole alors que les Ninivites, des païens se sont convertis au
message d’un «simple » prophète, Jonas. La reine de Saba venu des terres étrangères s’est laissée éprise par la sagesse du roi Salomon qui n’est qu’un élu de Dieu en dessous du Christ qui , Lui, est Fils de Dieu.
Il peut nous arriver nous aussi de devenir des habitués de la Parole de , de la communion fréquente à la recherche uniquement de grâces et de bénédictions et ne plus entendre résonner en nous l’appel pressant de la conversion.


Puisse ce temps de carême être pour chacun de nous un moment de grâce pour
découvrir les lieux où Dieu l’interpelle et que sa force nous aide à faire le pas.

Tenons bon dans la prière, le partage et le jeûne.