DIMANCHE DE LA PAROLE DE DIEU 2022, UNE PAROLE À VIVRE !

« Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique ».

dt 30,14

Dimanche 23 janvier 2022, l’Église universelle célèbre le « Dimanche de la parole de Dieu » voulu par le Pape François (Motu proprio Aperuit illis du 30 septembre 2019). Par cette initiative, François prend acte des travaux de ses deux prédécesseurs, eux-mêmes ayant déployé les souhaits du Concile Vatican II.

Parole du dimanche

  Dieu, depuis toujours, se révèle par sa parole : parole créatrice au commencement du monde ; parole d’alliance, qui relève l’humanité de ses faiblesses ; « Verbe fait chair » en Jésus-Christ pour sauver tous les hommes. « Dans cette révélation, le Dieu invisible s’adresse aux hommes en son immense amour comme à des amis, il s’entretient avec eux pour les inviter et les admettre à partager sa propre vie » (Vatican II, Dei Verbum § 2). Tout au long de l’histoire biblique, lorsque Dieu rassemble son Peuple, il lui parle : ainsi lors de la célébration de l’alliance au Sinaï (Ex 24) puis de son renouvellement (Jos 24). Et Dieu ne se contente pas de belles paroles. Sa promesse de salut est « accomplie » en Jésus (Lc 4, 21). Pierre proclame solennellement que Jésus « a les paroles de la vie éternelle » (Jn 6, 68).

     L’Église, nouveau Peuple de Dieu, est rassemblée chaque dimanche par le Seigneur qui lui adresse sa Parole. Cette liturgie de la Parole est déjà, en elle-même, programmatique pour la mission des baptisés au cours de la semaine qui s’ouvre : la fin de toute célébration est le renvoi des « disciples missionnaires » qui seront reconnus comme disciples à l’amour qu’ils auront pour leurs frères (Jn 13, 35).

Dimanche de la Parole

     Vatican II a permis à l’Église de redécouvrir la sacramentalité de la Parole de Dieu : lorsque celle-ci est proclamée, le Christ est présent (cf. Sacrosanctum Concilium § 7). Prenant appui sur les Pères des premiers siècles (en particulier Saint Jérôme), l’Église prit conscience des « deux Tables » auxquelles le Seigneur nous invite à la messe, Table de la Parole et Table de l’Eucharistie. Alors que Saint Jean-Paul II avait convoqué un Synode des évêques sur l’Eucharistie (octobre 2005), Benoît XVI convoqua un nouveau Synode des évêques, sur la Parole de Dieu (octobre 2008). L’Exhortation apostolique post-synodale Verbum Domini (30 septembre 2010) affirme clairement cette sacramentalité de la Parole (§ 56). À son tour, François a voulu aider les baptisés à mieux « comprendre l’inépuisable richesse qui provient de ce dialogue constant de Dieu avec son peuple » (Lettre apostolique Misericordia et misera § 7, 20 novembre 2016, conclusion du Jubilé de la miséricorde) et souhaité pour cela qu’un « dimanche (soit) entièrement consacré à la Parole de Dieu ».

     François a fixé ce « Dimanche de la Parole de Dieu » au IIIè dimanche du temps ordinaire (cf. Aperuit illis § 3 , soulignant la « valeur œcuménique » de ce dimanche), et ce n’est pas un hasard : tandis que, chaque année (A, B, ou C), le 2ème dimanche du temps ordinaire a un Évangile qui prolonge l’Épiphanie (extrait de St Jean), c’est au 3ème dimanche que commence la lecture de l’Évangile de l’année en cours (Luc, en 2022, année C) : ce Dimanche inaugure la mission du Fils, mission qui nous est aujourd’hui confiée.

Parole à vivre

  Célébrer le Dimanche de la Parole, c’est le « vivre comme un jour solennel », valoriser « la valeur normative que possède la parole de Dieu », soigner sa proclamation et adapter l’homélie. C’est aussi inviter à « prier avec la sainte Écriture » (lectio divina) et comprendre que cela « débouche nécessairement sur des gestes et des œuvres concrètes de charité » précise le Pape. Auditeurs de la Parole, nous avons la responsabilité d’en être de bons messagers, en annonçant sa douceur, en pratiquant la miséricorde, le partage, la solidarité.

     Puisse le Dimanche de la parole nous donner faim de cette Parole et la rendre de plus en plus féconde en nos vies et dans nos missions. Par l’Esprit Saint, elle est source d’espérance et de joie.

Nom

Docteur en théologie, Michèle Clavier a été professeur titulaire de théologie sacramentaire et liturgie à l’Université catholique de Lille. Responsable-adjointe du Service diocésain de Pastorale liturgique et sacramentelle de Bordeaux, elle a publié des articles et ouvrages de vulgarisation (sur les sacrements, sur le dimanche). Elle collabore aux revues liturgiques Les Cahiers de Prions en Église et Prions en Église ainsi qu’au quotidien La Croix. ». Auteur de : Le Dimanche de la Parole, Bayard Éditions, 2020.

 (Aperuit Illis, 5). La lettre du pape