L’Iran octroie dix jours de liberté à ses prisonniers chrétiens

Fait aussi rare que surprenant, cette décision vise à permettre aux prisonniers concernés de célébrer “l’anniversaire de la naissance de Jésus-Christ”, rapporte le quotidien Asharq al-Awsat, citant le site officiel du pouvoir judiciaire iranien.


COURRIER INTERNATIONAL – PARIS

La justice iranienne a accordé dimanche 26 décembre aux prisonniers de confession chrétienne dans le pays dix jours de liberté pour passer les vacances en famille, dans un geste rare envers cette communauté minoritaire, rapporte le média panarabe Asharq al-Awsat.

Le chef du système judiciaire iranien, Gholam-Hossein Mohseni-Ejei, a pris cette décision pour “marquer le nouvel an 2022 et l’anniversaire de la naissance de Jésus-Christ”, selon le site officiel du pouvoir judiciaire iranien, Mizan Online, cité par Asharq al-Awsat.

Les autorités judiciaires n’ont pas précisé combien de prisonniers étaient concernés par cette décision ni les dates de ce congé de dix jours dont seront exclus les détenus ayant été condamnés pour atteinte à la sécurité nationale, crime organisé, enlèvements et vols à main armée, précise le quotidien.

Les chrétiens en Iran – principalement des Arméniens qui célèbrent Noël le 6 janvier, jour de l’Épiphanie – ne représentent que 1 % des 83 millions d’habitants du pays, pour la grande majorité des musulmans chiites, indique-t-il.

Selon Asharq al-Awssat, le guide suprême iranien Ali Khamenei accorde souvent l’amnistie aux prisonniers ou réduit leurs peines pour marquer les fêtes musulmanes, mais il est rare que les autorités iraniennes annoncent de telles mesures pour les membres de la minorité chrétienne ou d’autres minorités religieuses.

Autre fait rare concernant les chrétiens du pays cette année, le président iranien Ebrahim Raïssi s’est rendu la veille de Noël à Téhéran au domicile de la famille d’un “martyr” chrétien décédé lors de la guerre Iran-Irak de 1980-1988, rappelle le journal, citant l’agence de presse officielle Irna.