« Votre conjoint a besoin de votre sourire », la lettre du Pape aux époux

« Prendre la main de l’autre, quand il est un peu en colère », échanger un « sourire complice ». Dans une lettre aux époux publiée le 26 décembre 2021 à l’occasion de l’année consacrée à la famille, le pape François prodigue des conseils pour que vivre ensemble ne soit pas une « pénitence » mais un « refuge

I.Media – publié le 26/12/21

Pour l’année spéciale « Amoris Laetita » inaugurée le 19 mars 2021 et qui se conclura le 26 juin 2022 par la Xe Rencontre mondiale des familles à Rome, le chef de l’Église catholique appelle celles-ci à un « courage créatif ». « Ne laissez pas un regard triste assombrir vos visages, recommande-t-il. Votre conjoint a besoin de votre sourire. Vos enfants ont besoin de vos regards qui les encouragent. »

Dans ce message écrit sur arrière-fond de la crise sanitaire où les familles ont connu « l’incertitude, la solitude, la perte d’êtres chers », le pontife exhorte les couples à ne pas se laisser décourager. « Que la force de l’amour vous rende capable de vous concentrer plus sur l’autre – votre conjoint, vos enfants – que sur votre propre fatigue », écrit-il.

Dans les différentes situations de la vie, constate encore l’évêque de Rome, l’engagement du mariage implique « le devoir d’abandonner ses inerties, ses certitudes, ses zones de confort ». Mais « vous n’êtes pas seuls ! » assure-t-il, « Dieu vous accompagne ». Et sa présence, ajoute-t-il, permet de « vivre ce qui semble impossible », de « trouver des solutions à bon nombre de vos problèmes ».

Les enfants sont un cadeau

Sous le regard de leurs enfants qui les « observent attentivement », le pontife argentin invite les parents à témoigner « d’un amour fort et crédible », à travers « de petits gestes qui sont plus éloquents que les mots ». « Les enfants sont un cadeau, toujours », affirme-t-il en souhaitant pour eux « une sécurité » qui les aide à avoir confiance « en la certitude de n’être jamais seuls, quoiqu’il arrive ». 

Pour que le foyer familial soit « un lieu d’accueil et de compréhension », de « tendresse et de bonté », le pape François exhorte les époux à ne pas avoir « honte » de s’agenouiller « devant Jésus présent dans l’Eucharistie pour trouver un moment de paix » ou de faire une courte prière ensemble, le soir avant de s’endormir.

« Chercher de l’aide »

la crise sanitaire. Les confinements ont rendu « insupportables » des problèmes conjugaux préexistants, note-t-il. « Ne cessez pas, cependant, de chercher de l’aide pour que les conflits puissent être surmontés d’une manière ou d’une autre et ne causent encore plus de souffrance entre vous et à vos enfants », encourage-t-il, avant d’affirmer que « le pardon guérit toutes les blessures ».

Adressant une pensée spéciale aux fiancés, le pontife les exhorte eux aussi à « ne pas se décourager » et à faire « toujours confiance à la Providence même si vous avez peu de moyens ». Il salue enfin les grands-parents isolés par la pandémie, assurant que la famille ne peut pas se passer de la génération qui représente « la mémoire vivante de l’humanité ».

Enfin, le Souverain pontife donne aux époux la mission « de transformer la société par (leur) présence dans le monde du travail et faire en sorte que les besoins des familles soient pris en compte ».

Lors de l’Angélus qu’il a célébré place Saint-Pierre au jour de la publication de cette lettre, le pape François l’a annoncée comme son « cadeau de Noël » aux époux. Il les a conviés à se préparer spirituellement à la prochaine Rencontre mondiale des familles (22-26 juin 2022), et à la vivre dans leurs diocèses.