Pédocriminalité : les chiffres…dans le diocèse de Luçon

La CIASE, Commission Indépendante sur les Abus Sexuels dans l’Eglise, vient de remettre son rapport. Les chiffres annoncés sont effarants et accablants.

C’est avec sidération et abattement que l’évêque et plusieurs membres de la commission sur les abus sexuels dans l’Eglise en Vendée reçoivent les paroles et le rapport de la commission Sauvé. Les chiffres sont accablants, les mots durs, sévères mais vrais, les faits et crimes dénoncés intolérables.

Pour Monseigneur Jacolin, c’est une « épreuve de vérité nécessaire, un moment grave et douloureux ». De la même manière que lors de la conférence de presse du 23 octobre 2020 devant les victimes et la presse vendéenne, l’évêque exprime sa « honte et une immense tristesse ». Il insiste : « Comment, dans l’Eglise, avons-nous laissé l’Evangile de vie être perverti en œuvre de mort ? ».

Ls derniers chiffres en Vendée

La rencontre avec quelques journalistes locaux, permet de faire le point sur les derniers chiffres connus par le diocèse en Vendée. Dans le diocèse, au 1er octobre 2021, ce sont 74 victimes identifiées par le diocèse dont 58 qui ont directement pris contact avec l’évêché (46 hommes et 12 femmes). Mgr Jacolin a pu en rencontrer personnellement 39 d’entre elles. 

Du côté des agresseurs présumés, le diocèse en dénombre 43 : 33 prêtres (dont 31 diocésains), 8 religieux non prêtres, et 2 laïcs.

A noter que l’ensemble de ces chiffres ne comprennent pas les victimes mentionnées dans le procès Noël Lucas, ni celles mentionnées dans les archives diocésaines (lien à établir avec les recherches réalisées par la CIASE), et ne comptabilisent pas non plus les victimes qui se sont manifestées auprès de Jean-Pierre Sautreau ou du collectif des victimes de Vendée dont il est le président.

Dans son communiqué paru à l’issu de la remise du rapport de la CIASE, Mgr Jacolin confirme que « ce terrible constat que nous livre Monsieur Sauvé grâce au travail de la CIASE vient étayer ce qui fut dit lors de la conférence de presse du 23 octobre dernier pour ce qui concerne notre diocèse de Luçon ».

Merci aux victimes qui ont témoigné

Dans son communiqué, Mgr Jacolin exprime sa « gratitude aux personnes victimes dans le diocèse de Luçon qui, en donnant le témoignage de ce qu’elles ont subi, ont permis que ce travail de vérité soit fait. Je pense aussi à ces hommes et ces femmes qui n’ont pas parlé et qui ont gardé cachée leur souffrance, parce qu’elle est encore aujourd’hui trop douloureuse pour elles. »

Il en a également profité pour rappeler que « Nous continuons à accueillir le témoignage des personnes victimes qui le désirent. »

La cellule d’écoute des Pays de la Loire pour les victimes qui souhaitent se faire connaître ou être accompagnée, est toujours active et le restera. Les personnes qui le souhaitent peuvent la contacter via leur email : paroledevictimespaysdeloire@gmail.com

Mgr Jacolin, le père François Bidaud et Marie-Pierre Chéreau répondent aux questions de la presse

Un travail qui ne s’arrête pas là

« La remise de ce rapport ne met pas un point final au travail que nous faisons dans les archives du diocèse pour tenter d’éclairer et de comprendre ce qui s’est passé chez nous et ce qui a pu permettre cela. » rappelle l’évêque du diocèse.

A noter qu’en novembre prochain, les évêques de France, rassemblés à Lourdes pour leur traditionnelle Assemblée Plénière, travaillerons les préconisations contenues dans le rapport de la CIASE, « autant pour l’accompagnement des personnes victimes que pour faire de l’Eglise une maison sûre ».

Aussi, en mai 2021 a été décidé la mise en place d’une formation obligatoire pour tous les acteurs de l’Église étant en contact avec des enfants. En parallèle, tous les prêtres devront une fois par an fournir une copie de casier judiciaire vierge. Cette formation se déroulera deux fois en 2021, les 7 et 16 octobre. « Elle concerne une centaine de personnes » précise Marie-Pierre Chéreau, déléguée épiscopale à l’information.

Suivant un article du diocèse de Luçon