D’humilité et de conversion. (P.Verkys)

Chers frères et sœurs en Jésus,

Si dimanche dernier, nous avons parlé de réalisme et d’accueil, aujourd’hui nous parlons d’humilité et de conversion. Sans la première, la deuxième n’est pas possible. Nous rencontrons l’humilité chez Moïse dans la première lecture. Il se réjouit que d’autres personnes aient part au même Esprit que lui. L’humilité de Moïse laisse la place pour que d’autres qui ont reçu des grâces les manifestent au profit de la communauté. Car les grâces que Dieu nous a faites ne sont pas pour nous seuls mais aussi pour les autres, la communauté. L’humilité nous permet aussi de reconnaître la loi de Dieu et de nous y engager au lieu de nous fier à nos propres désirs ou notre jugement personnel. Cette loi forme notre conscience et nous en réjouissons.


C’est cette même humilité qui est requise pour le riche afin qu’il n’écrase pas le pauvre. Mieux qu’il partage ses richesses avec lui. C’est à un effort de conversion permanente que sont appelés les riches pour éviter la géhenne dont parle Jésus dans l’Évangile. Jésus ne veut pas que nous nous mutilions mais quand il parle de main ou de pied qui entraîne au péché à couper ou de l’œil à arracher, il parle bien de la conversion. Sans la conversion nul ne peut aller au ciel. Ayons le courage de distinguer où se trouvent nos péchés pour nous y arracher . Que la grâce de Dieu nous éclaire et nous fortifie pour une conversion engagée.

Bonne semaine