La Parole nous accompagne (Père Verkys)

Chers frères et sœurs dans la foi en Jésus-Christ Fils de Dieu


Ce dimanche j’ai voulu au regard de la parole de Dieu nous parler de réalisme et de l’accueil.


Dans la foi, soyons réaliste. Jésus nous a bien enseigné que « Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, vous aussi, ils vous persécuteront ; s’ils ont gardé ma parole, la vôtre aussi ils la garderont ». Jn 15,20 Ces paroles de Jésus montrent que le vrai disciple rencontrera des incompréhensions des persécutions car la foi et le témoignage du disciple perturbent toujours son entourage. Tout simplement ça dérange. Il faut en être conscient. Mais ce n’est pas une raison pour ne pas vivre sa foi ou en témoigner. La foi ne peut pas être cachée . Cacher sa foi revient à cacher son être. Notre foi n’est pas distincte de notre être. Elle est nous-même, nous fait vivre et exister. Ce réalisme, il faut l’avoir en tête. « Si tu veux servir le Seigneur prépare-toi à rencontrer des difficultés » Siracide 2,1. Ces difficultés peuvent être dans le milieu familial, social ou professionnel voire ecclésial. Il faut juste tenir bon et compter sur le Seigneur qui ne nous abandonne jamais dans nos épreuves comme nous l’avons chanté dans le psaume : « Mais voici que Dieu vient à mon aide, le Seigneur est mon appui entre tous » Ps 53 (54) Une foi sans difficulté, sans épreuve, il n’y en a pas. Mais malheureusement c’est notre souhait. Pierre n’a pas accepté l’annonce de la passion et de la mort de Jésus et les autres non plus. Pour la deuxième fois, Jésus annonce sa mort et sa résurrection mais les disciples se préoccupent d’autre chose : question de grandeur et de première place. Tout comme pour dire : ce n’est pas là notre affaire. Jésus attire leur attention sur l’humilité nécessaire du disciple pour accueillir les plus petits, pour accueillir Dieu. L’accueil dont beaucoup parlent souvent nécessite une profonde humilité qui nous permet ne pas être focalisés sur nous-mêmes, notre place, notre image mais d’être tournés vers les autres sans considérer notre prestige social, ecclésial, économique ou intellectuel. Nous sommes simplement homme pas plus, simple créature de Dieu comme les autres hommes ; et alors non seulement que nous pouvons accueillir tout homme mais surtout Dieu en reconnaissant que nous sommes très peu de chose. Sans l’humilité nul ne peut accueillir Dieu dans sa vie ni être un véritable chrétien.

Demandons à Dieu la grâce d’une profonde humilité pour accueillir tout le monde surtout les plus petits, les plus pauvres en l’accueillant Lui, l’auteur de la vie.


Bonne semaine et prions les uns pour les autres.