L’Amour se vit (Père Verkys)

Chers frères et sœurs bien-aimés,

Je voudrais me référer, pour ce début d’été que je vous souhaite très beau, à ces mots de saint Jean : « Petits enfants, n’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité » 1Jn 3,18.

Ce texte de saint Jean d’où je tire ce verset est aimé de beaucoup . Il revient souvent aux sépultures et, pour moi, c’est le signe que l’homme aspire profondément à l’amour. Tout simplement parce que nous sommes créés par pur amour et nous ne pouvons pas être heureux sans aimer et être aimés. C’est l’amour qui fait la plus grande richesse de l’être humain. Il le rend gai, heureux et épanoui. Une telle personne rayonne . Pour recevoir de l’amour il faut en diffuser à temps et à contretemps ; il nous permet de surmonter l’adversité voire la méchanceté de ceux qui nous haïssent. Un tel amour est un don de Dieu que nous devons demander souvent dans la prière, face à nos échecs dans nos efforts d’aimer

Toutefois pour construire notre communauté, je souhaiterais déjà qu’à la sortie de nos messes nous essayions de saluer les frères et soeurs que nous ne connaissons pas. Dépassons nos peurs pour bâtir une véritable fraternité paroissiale. Tout commence souvent par un petit mot adressé à l’un ou l’autre un jour. Cela nécessite que nous laissions tomber bien souvent nos sensibilités, parfois un peu trop exacerbées, pour nous apprécier dans nos divergences et nos richesses. C’est un appel à fuir notre égoïsme afin de vivre la fraternité.
Puissions-nous traduire par des gestes concrets notre amour pour ceux que nous croisons tous les jours ou que nous croiserons cet été et qui ne sont pas de nos cercles habituels : une salutation, un mot d’attention, un sourire ou une visite dans la mesure du possible. A chacun de traduire l’amour dans les actes.

Saint et bel été !


Le frère universel, Abbé Verkys NONVIGNON