Fête de la Sainte-Trinité: « L’unité est essentielle pour le chrétien »

La Sainte Trinité d’après l’icône de Roubaïev

« L’unité est essentielle pour le chrétien », explique le pape François qui a évoqué la fête de la Sainte-Trinité, célébrée ce dimanche, 30 mai 2021, avant la prière de l’angélus de midi, depuis la fenêtre du bureau qui donne Place Saint-Pierre.
« Et cette unité, j’ose dire qu’elle est essentielle pour le chrétien: ce n’est pas une attitude, une façon de dire, non, elle est essentielle, parce que c’est l’unité qui naît de l’amour, de la miséricorde de Dieu, de la justification de Jésus-Christ et de la présence de l’Esprit Saint dans nos cœurs. »

Paroles du pape François avant l’angélus

Chers frères et sœurs, bonjour!
Dans cette fête nous célébrons Dieu: le mystère d’un Dieu unique. Et ce Dieu est le Père
et le Fils et le Saint-Esprit. Trois personnes, mais Dieu est un! Le Père est Dieu, le Fils est Dieu, l’Esprit est Dieu. Mais ce ne sont pas trois dieux: c’est un seul Dieu en trois personnes. C’est un mystère que Jésus-Christ nous a révélé: la Sainte Trinité. Aujourd’hui, nous nous arrêtons pour célébrer ce mystère, parce que les Personnes ne sont pas un qualificatif de Dieu, non. Ce sont des Personnes réelles, diverses, différentes; ce ne sont pas – comme le disait un philosophe – des « émanations de Dieu », non, non! Ce sont des Personnes. Il y a le Père, que je prie par le Notre Père; il y a le Fils, qui m’a donné la rédemption, la justification; il y a l’Esprit Saint qui habite en nous et habite dans l’Église. Et cela parle à notre cœur, car nous le trouvons résumé dans cette expression de saint Jean qui résume toute la Révélation: «Dieu est amour» (1 Jn 4, 8,16). Le Père est amour, le Fils est amour, l’Esprit Saint est amour. Et en tant qu’il est amour, Dieu, tout en étant un et unique, n’est pas solitude mais communion, entre le Père, le Fils et l’Esprit Saint. Parce que l’amour est essentiellement don de soi, et dans sa réalité originelle et infinie, est Père celui qui se donne en générant le Fils, lequel se donne à son tour au Père et leur amour réciproque c’est l’Esprit Saint, lien de leur unité. Ce n’est pas facile à comprendre, mais on peut vivre ce mystère, nous tous, on peut tellement le vivre.

Ce mystère de la Trinité nous a été révélé par Jésus lui-même. Il nous a fait connaître le visage de Dieu en tant que Père miséricordieux; il s’est présenté lui-même, vrai homme, comme Fils de Dieu et Verbe du Père, Sauveur qui donne sa vie pour nous; et il a parlé de l’Esprit Saint qui procède du Père et du Fils, Esprit de Vérité, Esprit Paraclet – dimanche dernier, nous avons parlé de ce mot «Paraclet» – c’est-à-dire Consolateur et Avocat. Et quand Jésus est apparu aux apôtres après la résurrection, Jésus les a envoyés évangéliser «tous les peuples, en les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit» (Mt 28, 19).
La fête d’aujourd’hui nous fait donc contempler ce merveilleux mystère d’amour et de lumière d’où nous venons et vers lequel s’oriente notre chemin sur terre.
Dans l’annonce de l’Évangile et dans toute forme de la mission chrétienne, on ne peut ignorer cette unité à laquelle Jésus appelle, entre nous, en suivant l’unité du Père, du Fils et de l’Esprit Saint: on ne peut ignorer cette unité. La beauté de l’Évangile demande à être vécue – l’unité – et témoignée par la concorde entre nous, qui sommes si différents! Et cette unité, j’ose dire qu’elle est essentielle pour le chrétien: ce n’est pas une attitude, une façon de dire, non, elle est essentielle, parce que c’est l’unité qui naît de l’amour, de la miséricorde de Dieu, de la justification de Jésus-Christ et de la présence de l’Esprit Saint dans nos cœurs.
La Très Sainte Vierge Marie, dans sa simplicité et dans son humilité, reflète la Beauté du Dieu Un et Trine, parce qu’elle a pleinement accueilli Jésus dans sa vie. Qu’elle soutienne notre foi, qu’elle nous aide à devenir adorateurs de Dieu et serviteurs de nos frères.

Traduction de Zenit, Anita Bourdin