Sans amour pas de vie et sans amour pas de foi (P Verkys)

Chers frères et sœurs dans le Christ ,

Les lectures de ce dimanche nous ont invités à l’amour : un amour total sans limite, un
amour gratuit qui conduise à l’amitié. L’amour est une exigence évangélique
L’amour auquel nous invite les Écritures est un amour total sans réserve et sans limite ni
dans l’espace, ni dans le temps. C’est un amour oblatif qui brise les frontières de la
sensibilité et du «moi égoïste » et les frontières physiques érigées par des puissances qui
dirigent le monde pour se protégées contre d’éventuels envahissement des peuples pour la
plupart préalablement pillés.
Sans nous transporter au-delà des frontières, je voudrais nous interpeler sur notre manière
de vivre cet amour entre nous membres d’une même communauté. Le constat est assez
triste que même entre fidèles d’une même communauté, nous ne nous connaissons et nous
ne faisons pas assez d’efforts pour nous connaître. C’est très bon d’aider les pauvres ou
des gens fragiles mais sans aimer ceux que nous cotoyons, les frères et sœurs d’une même
communauté, riches ou pauvres, nous faisons une fuite en avantet ,nous nous trompons
largement. Je voudrais nous inviter à nous engager à faire communauté. C’est d’abord ce
que le Seigneur attend de nous. N’ayons pas peur les uns des autres et apprenons à nous
découvrir en évitant les jugements et les critiques, tant de choses qui minent nos
communautés paroissiales.
Là-dessus, mon rêve est que nous formions de petites communautés avec les frères
et sœurs de la même rue ou par zones délimitées pour apprendre à nous soutenir à vire
véritablement notre foi. La gratuité de l’amour vient du fait que nous n’aimons seulement
ceux qui nous aiment.
C’est Dieu qui le premier nous a aimés alors que nous étions encore pécheurs. Cette
gratuité réside dans le fait d’aimer sans condition préalable et sans rien attendre en retour.
C’est une école qui se vit auprès de Jésus qui nous apprend à aimer comme lui. La seule
décision ou le désir de le faire ne suffisent pas il faut en demander la grâce ; c’est un
amour qui va au-delà de l’humanitaire fruit de l’humanisme. Cet amour charité découle du
cœur du Christ où nous puisons les énergies nécessaires pour aimer envers et contre tout
pour aimer au-delà de nos propres capacités : se donner sans compter. « Il n’y a pas de
plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime ». De cet amour naît l’amitié.
« Je ne vous appelle plus serviteurs…. Mais des amis car tout ce que j’ai appris
de mon Père, je vous l’ai fait connaïtre ». Toutes les méfiances tombent et la confiance est
totale. C’est à cette confiance que nous sommes appelés. Sans passer la première étape de
rapprochement entre nous la confiance ne naîtra jamais et nous ne nous ouvrirons pas les
uns aux autres. J’espère compter sur chacun pour bâtir nos communautés et notre paroisse.