Une Semaine Sainte en temps de Covid

On ne le sait que trop, ce virus bouleverse toute notre vie, notre vie familiale et professionnelle, notre vie sociale et notre vie en Église. Cette année encore, il vient perturber la Semaine Sainte ; mais bien moins que l’an dernier. Souvenez-vous : interdiction de se rassembler dans les églises pour la messe chrismale, pour les offices du jeudi saint et du vendredi saint ; même pas pour la Veillée pascale ni pour le jour de Pâques.

Réjouissons-nous, car cette année, nous pourrons participer ensemble, en « présence réelle », à toutes ces liturgies. La seule restriction est dans le fait qu’elles ne pourront pas, pour la plupart, avoir lieu aux heures habituelles. La messe chrismale, les offices de la Cène et de la Passion devront se dérouler dans l’après-midi. Il ne nous sera pas possible de veiller dans les églises le jeudi saint au-delà de 18h, mais nous pourrons toujours prendre un temps de prière dans nos maisons pour accompagner le Christ au cours de son agonie nocturne.

La principale contrainte concerne la Veillée pascale qui ne pourra se célébrer que le dimanche matin à 6h15 ou à 6h30. En effet, elle perd son sens si elle ne se déroule pas dans la nuit, du moins dans sa première partie.

Oui, c’est tôt, mais retrouvons le chemin de la Veillée pascale après en avoir été privés l’an dernier. Sommet de toute l’année liturgique, elle nous fait entrer dans la résurrection du Christ Jésus comme accomplissement de sa mission salvifique pour le monde et dans le baptême comme source de la vie chrétienne. Après tout, il nous arrive de nous lever avant l’aurore quand nous sommes vraiment motivés, par exemple pour partir en vacances. Suivons le courageux exemple de Marie Madeleine, première témoin de la résurrection. Saint Jean nous le raconte : « Le premier jour de la semaine, Marie Madeleine se rend au tombeau de grand matin : c’était encore les ténèbres ».

Soyons présent avec elle pour accueillir l’aurore de la résurrection qui perce la nuit avec le cierge pascal et pour nous réjouir à sa lumière :
Exultez de joie, multitude des anges,
Exultez, serviteurs de Dieu,
Sonnez cette heure triomphale
Et la victoire d’un si grand roi.
Sois heureuse aussi notre terre,
Irradiée de tant de feux,
Car il t’a prise dans sa clarté
Et son règne a chassé ta nuit.
Réjouis-toi, mère Eglise,
Toute parée de sa splendeur,
Entends vibrer dans ce lieu saint
L’acclamation de tout un peuple.

Mgr François JACOLIN, Evêque de Luçon

Catholiques en Vendée, Editorial