« Apprenez à faire le bien : recherchez le droit »

Lecture du livre du prophète Isaïe

Écoutez la parole du Seigneur, vous qui êtes pareils aux chefs de Sodome ! Prêtez l’oreille à l’enseignement de notre Dieu, vous, peuple de Gomorrhe ! Lavez-vous, purifiez-vous, ôtez de ma vue vos actions mauvaises, cessez de faire le mal. Apprenez à faire le bien : recherchez le droit,
mettez au pas l’oppresseur, rendez justice à l’orphelin, défendez la cause de la veuve.
Venez, et discutons – dit le Seigneur. Si vos péchés sont comme l’écarlate, ils deviendront aussi blancs que neige. S’ils sont rouges comme le vermillon, ils deviendront comme de la laine. Si vous consentez à m’obéir, les bonnes choses du pays, vous les mangerez ; mais si vous refusez, si vous vous obstinez, c’est l’épée qui vous mangera.
– Oui, la bouche du Seigneur a parlé.

PSAUME

R/ À celui qui veille sur sa conduite,
 je ferai voir le salut de Dieu. 

 « Écoute, mon peuple, je parle ;
 Israël, je te prends à témoin.
 Je ne t’accuse pas pour tes sacrifices ;
 tes holocaustes sont toujours devant moi.

 « Vais-je manger la chair des taureaux
 et boire le sang des béliers ?
 Offre à Dieu le sacrifice d’action de grâce,
 accomplis tes vœux envers le Très-Haut.

 « Qu’as-tu à réciter mes lois,
 à garder mon alliance à la bouche,
 toi qui n’aimes pas les reproches
 et rejettes loin de toi mes paroles ?

 « Voilà ce que tu fais ; garderai-je le silence ?
 Penses-tu que je suis comme toi ?
 Qui offre le sacrifice d’action de grâce,
 celui-là me rend gloire. »

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus s’adressa aux foules et à ses disciples, et il déclara : « Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse. Donc, tout ce qu’ils peuvent vous dire, faites-le et observez-le. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas. Ils attachent de pesants fardeaux, difficiles à porter, et ils en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt. Toutes leurs actions, ils les font pour être remarqués des gens :
ils élargissent leurs phylactères et rallongent leurs franges ; ils aiment les places d’honneur dans les dîners, les sièges d’honneur dans les synagogues et les salutations sur les places publiques ; ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi. Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi,
car vous n’avez qu’un seul maître pour vous enseigner, et vous êtes tous frères. Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux. Ne vous faites pas non plus donner le titre de maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ.
Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. »

Méditons

L’appel à la conversion qui sonne fort dans la première lecture se traduit dans l’évangile par l’appel de Jésus à vivre fidèle aux enseignements reçus et ce dans l’humilité et la discrétion. On peut se rappeler ici les mots du mercredi des cendres : « Ton Père voit ce que tu fais dans le secret, il te le rendra ». L’humilité de l’homme touche beaucoup le cœur de Dieu. Elle nous permet de reconnaître notre petitesse devant lui ainsi que nos péchés. Dans le contexte de déchristianisation où nous avons du mal à nous confesser, l’humilité peut vraiment nous aider à faire cette démarche salutaire pour nous laver dans l’océan de la miséricorde de Dieu.

Je fais mon examen de conscience en toute humilité